• Police

    Collectif

    • Fabrique
    • 18 Septembre 2020

    La police, un sujet omniprésent sur lequel, à force, on ne sait plus trop quoi penser.
    Ce livre, qui ne prétend pas à l'objectivité, donne le point de vue de quelques individus qui ont eu « maille à partir », comme on dit, avec les forces de l'ordre.
    David Dufresne qui suit depuis longtemps les violences policières, résume ce qu'il a vu, subi, et entendu. Julien Coupat explicite le sens du mot d'ordre « Tout le monde déteste la police », il montre qu'il s'agit plus que d'un cri d'instinct, que ce slogan a valeur tactique. Eric Hazan au contraire reste (très minoritairement) convaincu que seul le basculement de la police peut transformer l'émeute en mise à bas du système : il préconise le mot d'ordre opposé : « La police avec nous ! ». Antonin Bernanos, militant antifasciste, met en évidence les connivences et les alliances objectives entre l'institution policière et l'extrême droite ; Amal Bentounsi, évoquant sa bataille judiciaire pour faire condamner les policiers meurtriers de son frère Amine Bentounsi, donne à voir la façon dont le racisme d'État a pu appuyer l'ascension inexorable et incontestée du pouvoir policier dans tous les pores du champ social.
    Enfin Frédéric Lordon examine la menace d'affranchissement sauvage, inhérente aux institutions de la violence d'État, menace d'entraîner la police dans un devenir corps-étranger au sein du corps politique, sous les oripeaux du « monopole de la violence légitime ».

  • Dans un monde devenu hypercomplexe, seul un double engagement individuel et collectif nous permettra de relever démocratiquement les enjeux de la transition vers une société postcarbone, plus résiliente, plus juste, plus solidaire, plus spirituelle et plus respectueuse du vivant dans son ensemble.
    Or si nous n'avons sans doute jamais été aussi intelligents individuellement, faute d'un trop grand individualisme, nous n'avons jamais été aussi indigents collectivement. Il est désormais impératif, si nous ne voulons pas nous laisser dicter notre avenir par la peur, de mobiliser notre intelligence collective autour d'un grand projet désirable au sein duquel chacun pourra trouver sa juste valeur en l'investissant à partir de sa singularité.
    Il nous faut pour cela ouvrir de nouveaux espaces et nouvelles modalités de contribution par lesquelles un « je » responsable et émancipé viendrait féconder un « nous » solidaire. Une telle société est possible. Mieux elle est déjà là. Pour aller encore plus loin sur ce chemin, nous devons entreprendre, tout à la fois, la réforme de nos modèles économiques, de nos fondements éducatifs, de nos modes d'organisation et bien sûr nos modes de gouvernance.

    Les enjeux de la transition vers une société plus résiliente.
    Mettre l'homme au service des intérêts de notre maison commune.
    L'intelligence collective au service d'un grand projet désirable.

  • L'autarcie suppose un nouveau modèle de société et d'urbanisation et doit s'organiser au moins à deux niveaux : l'individu et la famille d'une part ; le village et la petite communauté d'autre part.
    Beaucoup se posent la question de quitter la ville et de vivre en autarcie à la campagne, mais cette idée est aussi un peu angoissante. Comment faire ? Peut-on vraiment vivre en autarcie en sacrifiant le moins possible son confort ? Ce livre tente de répondre à bien des questions : comment peut-on nourrir une famille avec quelques centaines de mètres carrés de jardin ? Comment devenir autonome pour l'eau, l'assainissement, les déchets, l'électricité, le chauffage, et même les transports ?
    Retenons aussi quelques idées : il sera plus efficace de regrouper plusieurs familles ; ce sera beaucoup plus facile et supportable si on accepte de limiter les intrants plutôt que de les supprimer totalement ; si l'idée est d'échanger deux heures quotidiennes de transports urbains pour deux heures d'activité de plein air, il ne s'agit pas de se couper du reste du monde ; le temps à consacrer au jardin ne dépassera pas en moyenne une heure par jour, etc.
    À l'arrivée, on sera proche de l'indépendance vis-à-vis du consumérisme, sans changer vraiment notre niveau de confort et avec une meilleure qualité de vie.

  • Asséner le premier coup de poing, délivrer des otages, mener des opérations ciblées, neutraliser des chefs terroristes... Toutes ces situations critiques, le général Christophe Gomart les a vécues. Il nous livre à travers ses mémoires une plongée unique dans l'univers des forces spéciales, ces unités d'élite associées aux guerres secrètes de la France.
    Pour la première fois, un général raconte ses trente-cinq années de guerres de l'ombre sur tous les fronts et en première ligne : à Sarajevo en 1992, au Rwanda durant l'opération Turquoise en 1994, dans la traque des criminels de guerre en ex-Yougoslavie, en Afghanistan contre les talibans en 2001, en Libye lors de l'opération Harmattan contre Kadhafi en 2011, au Mali lors de l'opération Serval en 2013, jusqu'au Moyen-Orient en soutien aux Kurdes contre Daech...
    Dans cet ouvrage palpitant, il nous fait entrer dans les coulisses du prestigieux COS, le Commandement des opérations spéciales, et nous fait vivre les prises de décisions politiques autant que ces opérations de terrain. En homme d'action et de réflexion, il retrace cette part de notre histoire, où parfois vérité et gloire ne font pas bon ménage. Sans langue de bois, il interroge le rôle de la France comme gendarme du monde.

  • Bolo 'bolo

    P.M.

    « Bolo'bolo est une modeste proposition pour un nouvel arrangement de notre vaisseau spatial après la disparition de la Machine-Travail planétaire. » Livre mythique des années 80, écrit par l'anonymus P.M., bolo'bolo continue de hanter les esprits des insatisfaits du nouveau siècle et propose un modèle d'utopie réalisable dans lequel il fait bon grappiller des idées pour le présent et pour l'avenir, en attendant la mort lente de l'économie. Publié en allemand en 1983, bolo'bolo a été traduit en anglais, italien, néerlandais, arabe, chinois, hébreu, russe, portugais... P.M. est également l'auteur de romans, d'essais et de pièces de théâtre. Il a également publié en 2016 aux Éditions de l'éclat, Voisinages et communs, qui complète et enrichit l'idée du bolo de propositions nouvelles.

  • Cette cinquième édition de l'Atlas de l'Union européenne reste un ouvrage de référence qui présente l'Union, ses institutions et chacun de ses 27 états membres à travers leur histoire, leur culture et leur réalité. En 180 pages, avec plus de cinquante cartes, de fiches signalétiques et de statistiques, elle offre un tour d'horizon complet et parait à un moment clef pour nos pays européens. Quelle Europe après le Brexit ? Comment se relever de la pandémie ? Tableau européen inédit et accessible au plus grand nombre, cet atlas constitue un outil essentiel pour comprendre les enjeux du XXI ème siècle et les défis qui attendent l'Union. L'édition est mise à jour et réalisée par les experts de la Fondation Robert Schuman.

  • Face à la critique du système représentatif, la démocratie délibérative est de plus en plus fréquemment invoquée. Cet ouvrage revient, grâce aux contributions d'une quinzaine de spécialistes français comme internationaux, sur les manières multiples de penser la démocratie délibérative mais aussi ses limites.
    A l'origine, le « tournant délibératif » désigne le développement, à partir des années 1980, de théories normatives de la légitimité démocratique qui ont proposé de faire de la délibération publique le pivot d'une nouvelle articulation entre bien commun, justification et légitimité.
    Si la démocratie délibérative a d'emblée suscité l'intérêt des philosophes et des théoriciens du politique, elle a progressivement touché d'autres disciplines (sociologie des institutions politiques, sociologie de l'action collective, sciences de l'information et de la communication, sociologie des sciences et des techniques, sciences de l'argumentation, sociologie de l'action publique...) où se sont multipliés les recherches de terrain et les questionnements, souvent critiques, des cadres théoriques initiaux. Elle a donné lieu à un ensemble de débats portant sur la formulation de l'idéal délibératif et confrontant diverses déclinaisons de la démocratie participative, que ce livre explicite et discute.

  • L'essentiel du droit des collectivités territoriales Nouv.

    Les principales évolutions du droit des collectivités territoriales applicable en 2021.

    Le droit des collectivités territoriales se définit comme l'ensemble des règles qui viennent régir le fonctionnement et l'action des collectivités territoriales et qui sont codifiées dans le Code général des collectivités. Avec les lois de décentralisation, les collectivités territoriales sont devenues des acteurs majeurs de la vie publique en devenant notamment le premier investisseur public. Cet ouvrage rend compte des évolutions de ces dernières années :
    . l'Ordonnance du 20 janvier 2021 portant réforme de la formation des élus locaux . la loi de finances pour 2021 qui apporte des modifications sur les règles liées à la fiscalité locale pour répondre à la crise sanitaire . le projet de loi organique relatif à la simplification des expérimentations (en cours d'examen au Parlement) et qui consacre le droit à la différenciation territoriale.

    Au final, une synthèse rigoureuse, pratique et à jour des connaissances indispensables permettant au lecteur d'apprécier les nombreuses compétences des collectivités, ainsi que les moyens humains et financiers nécessaires pour leur bon fonctionnement.

  • Depuis des décennies, la concentration de populations cumulant difficultés sociales et économiques, dans les cités périphériques ou dans les quartiers anciens et dégradés de la plupart des villes françaises, est source de préoccupations pour les services de l'État et pour les collectivités locales. Afin de répondre à ces situations et aux dysfonctionnements, voire aux épisodes de violence qui s'ensuivent, des politiques urbaines, poursuivies par les différents gouvernements, sont mises en place dans les domaines de l'urbanisme, du social, de l'économique et de la sécurité.

    Après un état des lieux détaillé, Claude Chaline analyse et évalue la portée et l'effectivité de ces dispositifs englobés dans les politiques de la ville, du renouvellement et de la rénovation urbaine.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Jo Spiegel garde en mémoire ce jour où il a pris conscience, avec effroi, qu'il faisait de la politique « à l'ancienne » : celle qui se réclame de la démocratie mais la réduit au seul droit de vote, celle où toutes les décisions sont prises dans un entre-soi des élus.
    Maire de Kingersheim en Alsace depuis 1989, achevant son dernier mandat, il raconte comment, avec ses équipes successives, il s'est alors mis à construire, lentement et patiemment, un autre paradigme pour redonner un vrai pouvoir d'élaboration et de décision aux habitants.
    Kingersheim, lieu d'une fascinante expérimentation, véritable « fabrique de démocratie », est aujourd'hui un modèle dont nombre de municipalités s'inspirent. Récit de cette aventure passionnante, cet ouvrage est une réponse à l'urgence démocratique.

  • L'édition 2021 reprend et améliore l'architecture des éditions précédentes. Elle comporte une cartographie couleur (plus de 20 cartes ) et un ensemble de contributions originales, en six grandes parties :

    -Partie 1 : l'UE face aux crises : sanitaire, économique et sociale.
    -Partie 2 : Quelle stratégie pour approfondir l'Europe ?
    -Partie 3 : L'Europe face aux déséquilibres mondiaux.
    -Partie 4 : Verbatim, un grand entretien avec un acteur majeur.
    -Partie 5 : synthèse de l'Europe politique.
    -Partie 6 : l'Europe en chiffres commentés.
    Un ensemble inédit de statistiques économiques et sociales.

  • Dans les années 1970, l'avortement est un acte lourd de conséquences, condamné par la loi française et pratiqué clandestinement.
    Lorsqu'elle présente son projet de loi en 1974, Simone Veil fait face à une majorité de députés opposés à l'avortement. Malgré des débats houleux, parfois d'une grande violence, son discours finit par remporter l'adhésion. La loi sur l'Interruption volontaire de grossesse (IVG) poursuit ainsi l'entreprise d'émancipation sociale de la femme. Quelques années plus tôt, en 1967, Lucien Neuwirth avait fait voter une loi sur la maternité volontaire autorisant la contraception.

  • Dans le discours public, la république et ses « valeurs » sont invoquées en permanence, suscitant souvent l'indifférence et parfois l'irritation.
    Devant ce constat, il importait de redonner du sens aux mots, car la vie démocratique et la construction de l'intérêt général sont aussi une affaire de langue. Comment poursuivre une forme ou une autre de « vivre-ensemble » sans se parler et sans se comprendre ?
    Ce livre fait donc le choix de donner la parole à des chercheurs européens qui interrogent les mots de la République et du républicanisme dans une perspective internationale et sur la longue durée, des démocraties grecques aux enjeux contemporains.
    Son ambition : inviter le lecteur à prendre du recul et à penser la République non comme un dogme, mais comme un objet vivant où doivent se conjuguer l'intérêt commun et la liberté de tous.


  • le recours aux liens juridiques prend chaque jour dans nos sociétés une importance grandissante.
    il existe pourtant peu d'études empiriques sur la fabrique quotidienne du droit. alors que la très grande technicité de la matière juridique réserve le droit aux juristes de profession, la sociologie croit souvent pouvoir s'en
    débarrasser en l'expliquant par les rapports de forces qu'il ne ferait que dissimuler. la méthode ethnographique se trouve donc particulièrement bien ajustée à l'analyse du droit au quotidien.
    c'est toute l'originalité de cette étude ethnographique du conseil
    d'état que propose ici bruno latour. il y porte une grande attention aux actes d'écriture, à la fabrication et à la manipulation des dossiers, aux interactions entre les membres, aux particularités du corps des conseillers d'état, mais surtout à la diversité des ressorts qui permettent de bien juger. l'aridité même du droit
    administratif français aurait de quoi effaroucher le plus courageux des lecteurs : heureusement, par une grande qualité de style, l'auteur a su à la fois rendre compte de la technicité des jugements et renouer les nombreux liens entre le droit et cette société qui le nourrit et à laquelle il sert, en même temps, de garant.
    après une série d'études sur les laboratoires scientifiques, les innovations techniques, le discours religieux, la parole politique,
    bruno latour continue ici, avec le droit, son programme d'anthropologie systématique des formes contemporaines de véridiction.

    Ajouter au panier
    En stock
  • En ces temps si troublés, les Etats sont appelés à repenser leurs processus internes et externes pour répondre avec le plus d'efficience et d'efficacité possible aux défis contemporains : le numérique et l'intelligence artificielle leur imposent une réforme globale concernant leurs structures, leurs pouvoirs, leurs compétences, leurs principes d'organisation, leurs outils de gestion, leurs mécanismes de coopération et d'évaluation de leurs rapports avec les citoyens et administrés, entre le centre et la périphérie, entre le public et le privé, entre les élus et les électeurs, créant ainsi une nouvelle forme de démocratie, la démocratie 2.0. Mais que devient l'Etat de droit dans une démocratie 2.0 ?
    Dans cet ouvrage, Patrice Cardot propose une réflexion aussi vaste que précise autour de cette question décisive, avec l'objectif de proposer une exploration des principaux défis posés à l'Etat de droit et à la démocratie par la révolution numérique, ainsi que des principales transformations qu'ils induisent. A partir de cette analyse, il présente un état du droit applicable aux problématiques en jeu - analyse qui lui permet ensuite d'évaluer la façon dont l'Etat de droit français fait face à ces différents enjeux de transformation dans le contexte où sont exposées les principales initiatives européennes et internationales entreprises pour y répondre. C'est ainsi qu'il dégage des pistes de progrès sur le double registre du droit et de l'éthique pour que la promesse démocratique ne soit pas irréversiblement altérée par l'incapacité de l'Etat et des institutions européennes et internationales à anticiper les risques et menaces que font peser sur elle des usages inappropriés du numérique.
    Une réflexion majeure sur l'avenir de la politique et de la place de l'homme dans le futur.

  • L'administration publique occupe une place bien particulière dans la Société française. Chargée des affaires publiques, et incarnant à ce titre l'intérêt général, son action a longtemps été envisagée sous un angle essentiellement juridique. Dorénavant, d'autres dimensions lui sont adjointes, notamment celles tendant à s'assurer qu'elle accomplit ses missions de façon efficace, pour remplir des objectifs, selon des normes de qualité renforcée.

    Le plan de l'ouvrage fait le choix d'une approche simple, autour des fins et des moyens de l'action publique :
    . la première partie développe la régulation de l'action administrative : organisation administrative, prise de décision, réforme, contrôle, évaluation, communication, temporalité de l'action administrative ;
    . la deuxième partie traite des relations avec le public, considération centrale de toute action d'intérêt général (amélioration de la relation avec le public, simplification des démarches, modernisation, démarche qualité) ;
    . et enfin la troisième partie conclut le propos avec l'étude des ressources nécessaires à l'action administrative (budget, patrimoine, ressources humaines).

  • Une présentation synthétique, complète et pédagogique des institutions administratives françaises.

    Les institutions administratives sont traditionnellement définies comme l'ensemble des structures chargées de la gestion des affaires publiques. En tant qu'organes qui exercent des tâches administratives sous un régime de droit public, elles constituent en principe des moyens au service du politique pour atteindre ses objectifs.

    L'auteur abordera les principes de l'organisation administrative, l'administration centrale et territoriale, les AAI...

  • Près de soixante ans après le découpage du territoire métropolitain en vingt-deux régions, la réforme territoriale conduite en 2014 a modifié en profondeur la carte des régions françaises. Si, déjà sous l'Ancien Régime, l'Etat royal a cherché à " mesnager " le territoire grâce à une administration de plus en plus étoffée, l'Etat libéral du XIXe siècle a laissé la révolution industrielle creuser les inégalités spatiales.
    Il faudra attendre le XXe siècle pour que le pouvoir politique se pose en modernisateur de la société et en planificateur de l'économie. Au XXIe siècle, confronté à la fois aux effets de la construction européenne, de la décentralisation et du néo-libéralisme, l'Etat " post-jacobin ", régulateur et péréquateur, a désormais la charge de garantir la cohésion et la compétitivité de la France dans la mondialisation.
    Aussi paraît-il opportun de remettre en perspective plusieurs siècles de réformes territoriales, qui ont contribué à dessiner le visage de la France.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Conspirations ? la face cachée de la construction européenne Nouv.

    Au fil des décennies qui ont forgé le récit de la fondation de l'Europe, le mythe s'est peu à peu confondu dans une réalité dont certaines facettes sont encore largement méconnues, ou peut-être savamment occultées.

    Dans son ouvrage, Jean-François Bouchard dévoile une autre histoire de la construction européenne qui se déroule sur fond de luttes d'influence, de tentations hégémoniques, et de projets plus ou moins avouables.

    Tout en démontant les théories complotistes sur la construction européenne, il en dévoile la véritable genèse : une histoire allemande, associée à un passé si sombre que l'on souhaite souvent l'oublier, et une histoire française, et même franco-américaine. Cette construction est-elle un avatar du nazisme ou de l'impérialisme américain ? Un peu tout cela à la fois ?

    Voici une autre genèse de l'Europe où se côtoient nazis, collabos, espions et saints hommes. Elle débute en 1942 à Berlin, au cours d'un hiver de glace, de guerre et de sang.

  • Au cours des dernières décennies, les politiques culturelles de l'État et des collectivités territoriales ont connu une forte montée en puissance financière et institutionnelle, stimulée par le volontarisme du ministère de la Culture comme par l'attrait croissant des thèmes de l'art et de la culture auprès des collectivités territoriales.
    Pierre Moulinier met à plat les objectifs poursuivis par les pouvoirs publics en la matière et montre le chemin parcouru par les autorités. Il s'interroge également sur les résultats obtenus, bien que l'évaluation en soit difficile. L'auteur plaide enfin pour une continuité du soutien public et une clarification des compétences.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Devant l'incapacité à réformer la V°République, l'alternative devient alors l'instauration d'une VI°République, seule de nature à faire renaître une vraie démocratie en France. Ce livre a pour objectif de susciter la réflexion et le débat, formule des propositions, envisage des perspectives et trace des pistes. Il concerne tous les acteurs et citoyens qui s'intéressent à la vie publique.

  • Organisez en toute sécurité le jour J du scrutin !
    L'indispensable du bureau de vote est l'outil essentiel des membres du bureau de vote pour leur permettre de répondre à toute question soulevée le jour du scrutin. Ce guide, pratique et facile à consulter, est conçu pour leur venir en aide et leur faire gagner du temps. Cette édition est à jour des dernières évolutions réglementaires pour les élections municipales de mars 2020.
    Il couvre, de manière chronologique, l'ensemble de l'organisation du scrutin, de la préparation du matériel à la proclamation des résultats, en passant par l'ouverture du scrutin, les opérations de dépouillement et la rédaction du procès-verbal des opérations électorales.

    Ajouter au panier
    En stock
  • L'action publique face à la pandémie : avant, pendant, après la crise Nouv.

    La pandémie défie l'efficacité de l'action publique, et dans certains domaines, la met en déroute. Les dispositifs d'anticipation, de préparation au drame n'étaient pas au rendez-vous lors du surgissement des événements. Malgré ou plutôt à cause de leur verticalité, les organisations n'étaient pas prêtes à la gestion d'une telle crise. Pourtant, la résistance et la mobilisation du monde public permettent d'amortir les chocs. Sa capacité de résilience et de rebond reste à mesurer.
    Ce livre, issu des Rencontres de la chaire Transformations de l'action publique tenues à Lyon en octobre 2020 juste avant le deuxième confinement, se veut une contribution face à ces défis immédiats : comment la pandémie s'est-elle glissée dans les failles de l'État et du système de santé ? Comment mieux affronter demain nos vulnérabilités ?
    Des acteurs qui ont vécu la pandémie en direct confrontent leur vision avec celle de chercheurs issus de multiples disciplines dont les travaux avant ou pendant la crise sont éclairants. Ensemble, ils esquissent un examen de conscience collectif. Les contributeurs décryptent les faits, sans complaisance ni procès, pour en tirer de premiers enseignements. Alors que nous comptons déjà trois vagues de contamination, nous ne savons pas tout, loin de là, de ce qui s'est joué avant et pendant la crise et de ce qu'il faudra faire après une pandémie que l'on peut considérer comme une « répétition générale » d'autres chocs à venir.
    L'investigation en quasi temps réel, précieuse pour penser l'événement dans ses différentes composantes, permet de mettre à jour de nombreuses pistes d'innovation, d'apprentissage, de transformation ou de consolidation. Il y a urgence, car les retours d'expérience tardent à venir. Comme si l'on redoutait l'inventaire des responsabilités et plus encore l'ampleur des efforts à accomplir, dans ce moment qui ne laisse rien indemne, ni l'État, ni nos modes de vie.

  • Cela fait si longtemps que les marées vertes envahissent les côtes bretonnes... Il faudra attendre 2009 pour qu'elles soient reconnues toxiques et présentant un risque grave pour la santé. Pourtant, le mélange de soufre et d'hydrogène est toujours présent sur les plages et dans les estuaires, dans le sable et la vase, la vie est dissoute dans le jus noir putride issu de la décomposition des algues. Dernière victime en date, un jogger terrassé en 2016 et il a fallu que des associations dénoncent les mensonges de l'administration et des élus pour que cette intoxication mortelle soit révélée.
    C'est tout un territoire qui souffre, malgré les belles paroles des pouvoirs publics contre cette pollution toxique. Dénonçant le déni ambiant, l'auteur démontre qu'on ne pourra pas éliminer cette pollution sans repenser radicalement les pratiques agricoles produisant des excédents de nitrates qui nourrissent ces algues. Il révèle la collusion entre les partisans d'une agriculture intensive et les pouvoirs publics.

empty