BD généralités

  • La revue dessinée N.32 Nouv.

    « Un homme qui ne marche pas ne laisse pas de traces », disait le dessinateur Georges Wolinski. Cette phrase pourrait décrire la petite révolution en cours dans la protection de l'environnement : la création d'espaces où l'être humain s'aventure peu et n'intervient quasiment plus, autrement dit le « réensauvagement ».
    Le terme n'a rien de commun avec celui lancé dans le débat public pour nourrir les peurs et provoquer des polémiques sécuritaires, il évoque au contraire des formes de cohabitations harmonieuses basées sur la contemplation et l'apaisement. Il désigne surtout une conception de la conservation où l'humain se fondrait parmi les autres espèces et laisserait la nature reprendre ses droits. Parfois jugée simpliste ou utopiste, cette approche, taxée par ses détracteurs de « nature sous cloche », se propage sur tous les continents. Au-delà des frictions qu'elle suscite, elle a le mérite de soustraire certains territoires aux activités destructrices et d'apporter une lueur d'espoir face au déclin du vivant.
    Car là où l'homme marche, parfois les traces ne s'effacent pas. Ces dernières décennies, Martiniquais et Guadeloupéens l'ont constaté à leurs dépens. Leurs sols, cultures, rivières, poissons sont devenus toxiques sous l'effet du chlordécone, un pesticide épandu par centaines de tonnes pour permettre l'exportation massive des bananes produites en monoculture. Dès 1975, des décisions auraient pu être prises pour éviter le désastre. Mais rien n'a été fait.
    Pire, des dérogations ont été accordées pour que ce produit continue à empoisonner les Antilles après avoir été banni de l'Hexagone. Alors des voix s'élèvent pour dénoncer le mépris des autorités. Faut-il voir dans leur inertie la volonté d'ignorer un héritage qui dérange ? La question pourrait également être posée pour les objet africains qui peuplent les allées du Quai Branly et les devantures des galeries privées. Quelle histoire viennent-ils nous raconter ?

    Ajouter au panier
    En stock
  • Savez-vous qu'Hokusai et les estampes sont les véritables ancêtres du manga contemporain ? Qui sont le mangaka et le tantôsha ? Ou encore savez-vous que la France est le pays qui lit le plus de mangas au monde, après le Japon ? Dans cet ouvrage accessible pour les novices comme pour les initiés, Jean-Samuel Kriegk nous présente avec précision tous les rouages de cette industrie, ses origines et évolutions, son influence dans le monde entier et en particulier en France, ainsi que ses liens avec les animations, jeux vidéo et bien sûr l'art contemporain.

  • A l'occasion de l'année de la BD 2020-2021, et d'un programme ambitieux d'expositions consacrées à la bande dessinées en Afrique, Les Cahiers de la BD ont décidé - une fois n'est pas coutume - de changer de point de vue et d'apporter un regard neuf sur la bande dessinée qui vient du Sud, et tout particulièrement de l'Afrique subsaharienne. Avec, notamment, un reportage en pays Bamoun, dans l'actuel Cameroun où, dès le xixe siècle, un peuple inventa un langage qui mêlait texte et dessin, une étude de l'épopée de Soundiata Keita écrite et dessinée par le griot Konate Dialibe, une analyse des tendances en présence et un petit historique des différentes acculturations de la bande dessine en Afrique.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Elle encra définitivement la bande dessinée dans le paysage culturel, intellectuel et littéraire français. On dit qu'elle fut la meilleure sociologue du pays ; elle fut surtout une authentique génie artistique, elle inventa une langue, mis au point un style graphique extraordinaire, inspira des centaines d'auteurs, en bref : elle a tout changé. Ce livre reprend le numéro paru en juin de 'L'Obs', où elle publié les "Frustrés" et "Agrippine", augmenté de quelques hommages.

  • En collaboration avec Mediapart, La Revue Dessinée publie une Édition spéciale intitulée « Ne parlezpas de violences policières ». Cette revue de 160 pages décrypte les rouages d'une violence d'État, desmanifestations des Gilets jaunes à la mort de Cédric Chouviat.Au sommaireLes enquêtes édifiantes de Pascale Pascariello et Camille Polloni racontéesen bande dessinée. Sous les traits des dessinateurs Thierry Chavant et AurorePetit, les journalistes de Mediapart passent au crible le fonctionnement de la policedes polices et l'histoire d'une arme controversée, le LBD.Un reportage inédit de l'autrice Marion Montaigne au Salon mondial del'armement. Plongée dans cet univers riche en testostérone, la dessinatrice passeaux rayons X des innovations dignes de la science-fiction qui composeront peutêtrele futur arsenal des forces de l'ordre.Un documentaire sur les origines et l'essor de Black Lives Matter, de lamort de Trayvon Martin à celle de George Floyd. Ce n'est pas un moment, c'estun mouvement , préviennent les militants. Parfois présenté comme un acte II dumouvement pour les droits civiques, leur combat est devenu mondial.Des témoignages de l'intérieur. Officier de police judiciaire ou CRS, gradé ousimple flic, six membres des forces de l'ordre tombent le casque pour parler de leurinstitution. Leur parole est rare. Plus encore lorsqu'elle est critique.« Mourir dans les rues de Paris ou en banlieue n'a pas la même valeur »,dans un entretien au long cours Assa Traoré raconte son combat.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Dessine ta bd comics. techniques et astuces Nouv.

  • Uderzo, comme une potion magique : au musée Maillol Nouv.

  • Raconter René Goscinny en bande dessinée. Et lui donner la parole, au fond, pour la première fois. Tel est le projet de cet album exceptionnel. Un événement artistique. Et un livre de tendre amitié.
    Catel, célèbre dessinatrice, travaille depuis quatre ans, avec l'appui et l'amitié d'Anne Goscinny, à ce « Roman des Goscinny » - un roman graphique où tout est vrai. 320 pages magnifiques, en trichromie, où Catel nous raconte la vie de René Goscinny. Sa naissance, dans le Paris des années 20, au coeur d'une famille juive, exilée de Pologne et d'Ukraine. Son père, chimiste, fils de rabbin. Sa mère, née en Ukraine, ayant fuit les progroms. Son grand-père, imprimeur de journaux yiddish. Son grand-frère moqueur, Claude. L'enfance en Argentine, bientôt. Et les passions de René : le dessin, le rire, puis l'écriture.
    Catel nous emmène dans un voyage familial marqué par l'histoire, entre l'Amérique et l'Europe. Tandis que le jeune René cherche sa voie, lui le « paresseux contrarié », une partie de la famille meurt dans les camps d'extermination. René part à New York, frappe à toutes les portes, dessine et vit dans la pauvreté avec sa mère. A Bruxelles puis à Paris, il trouvera peu à peu sa vocation : non pas dessiner, mais écrire, scénario, sketchs, histoires. Goscinny crée, avec Uderzo, le personnage d'Astérix, qui devient très vite célèbre dans le monde entier ; mais aussi le Petit Nicolas avec Sempé. Et il est le grand scénariste de Lucky Luke et de Iznogoud.
    C'est aux portes du « célèbre village gaulois » que s'arrête le premier tome du « Roman des Goscinny » : alternant avec force et tendresse des épisodes de la vie de « René » ; et ceux racontés par sa fille Anne à son amie - donnant une vérité, une drôlerie et une émotion à ce projet fondateur.

  • Qui était réellement Hergé ? Personne ne le sait vraiment, tant l'homme était discret sur sa vie personnelle et l'auteur effacé derrière sa créature omnipotente : Tintin. À travers une nouvelle analyse des différentes interviews qu'Hergé donna tout au long de sa carrière, dans la presse francophone et internationale et à la télévision, Les Cahiers de la BD dressent le portrait d'un auteur ambigu, à la fois maître de sa création et emporté par un succès qui fera naître chez lui une profonde dépression. Le titre de ce hors-série est à prendre au pied de la lettre :
    Hergé se raconte lui-même, avec plus ou moins de mystère, tout comme la vie d'Hergé peut se raconter de différentes façons.

    /> Des premières interviews, dans les années 1930, où la BD est encore considérée comme un divertissement pour les enfants, aux émissions comme « Apostrophe » ou « Les rendez-vous du dimanche », dans lesquelles Hergé passe au mieux pour un amuseur public, ce hors-série exceptionnel montre aussi comment, à travers Hergé et sa créature, la perception de la bande dessinée a évolué. Avec de nouveaux témoignages des principaux biographes et spécialistes du corpus hergéen comme Numa Sadoul, Benoît Peeters et Pierre Assouline.

  • Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la science-fiction !

    Découvrez la première bande dessinée documentaire retraçant l'histoire de la science-fiction, narrée par un spécialiste du genre. Plus qu'un simple historique, il s'agit d'une véritable réflexion autour du genre, un panorama riche en anecdotes et en surprises. Qui a écrit le premier récit de science-fiction ? Comment est née la science-fiction américaine ? Quels livres faut-il lire pour tout savoir sur la conquête spatiale ? Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?

  • Sixième album des aventures de Blake et Mortimer paru dans le journal Tintinà partir de 1953, La Marque jaune est incontestablement un sommet du genre. Au moment où sort un nouvel opus de la dernière série, qui reprend le personnage de Septimus et sa fameuse lette M, paraît en librairirie (Le Signe du Moloch, éd. Blake et Mortimer), Les Cahiers de la BD reviennent sur les origines de cet album hypnotique afin d'en décrypter tous les rouages.
    Avec, notamment, une contribution exclusive du scénariste François Rivière et une uchronie inédite de Nicolas Tellop et Christophe Blain.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Antiracisme, féminisme, écologie... la bande dessinée peut-elle s'engager ? A l'heure où des problèmes de société saillants ressurgisssent, Les Cahiers de la BD s'interroge sur la capacité de mobilisation des auteurs de bande dessinée à travers leurs productions les plus récentes. Avec également un imposant cahier monographique consacré à Chris Ware, qui publie son dernier roman graphique : Rusty Brown (éd.
    Delcourt). Et aussi, une enquête exclusive sur les origines de la BD chinoise.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Tezucomi N.1

    Collectif

    Le concept du Tezucomi est simple : des auteurs et illustrateurs du monde entier choisissent leur oeuvre préférée du maître et produisent un chapitre spin-off, mélangeant habilement leur sensibilité à celle du Dieu du manga. Un hommage particulièrement émouvant pour toutes les générations bercées (trop près des cases) par Tezuka !

  • Tezucomi N.2 Nouv.

    Tezucomi N.2

    Collectif

    Le concept du Tezucomi est simple : des auteurs et illustrateurs du monde entier choisissent leur oeuvre préférée du maître et produisent un chapitre spin-off, mélangeant habilement leur sensibilité à celle du Dieu du manga. Un hommage particulièrement émouvant pour toutes les générations bercées (trop près des cases) par Tezuka !

  • Shônen désigne les manga destinés à un public adolescent de sexe masculin et généralement conçu par des hommes. Ce genre privilégie laction, les combats, ou même le sport et les histoires de lycéens. Le plus souvent le shônen suit une trame établie : le héros est orphelin ou vit loin de ses parents. Il est honnête et innocent, il est doté de pouvoirs hors normes et parfois magiques, et se bat pour terrasser le Mal.

  • Dans le Vent de l'Histoire...
    Depuis 1992, les Éditions du Triomphe font revivre les séries mythiques de notre enfance et découvrir de nouveaux auteurs, en particulier dans la collection Le Vent de l'Histoire.
    Renaissance pour une pléiade de dessinateurs...
    Blanchard, Breysse, Brochard, Bussemey, Chery, Cuvillier, Dubois, Forget, Gervy, Gloesner, Herboné, Iessel, Jijé, Jordic, Marie-Mad, A. d'Orange, Pesch, Pétillot, Pierdec, Probst, Quimper, Rigot...
    ... Et création de nouvelles séries.
    Balsa, Bar, Berteloot, Capo, Cenci, Chardez, Corteggiani, Declercq, Evrard, Faure, Garcia, Glogowski, Goux, Jarry, Le Honzec, Mankho, Michaud, Trolley, M. Uderzo, Vassaux...
    Le BDM revient sous sa forme la plus complète, augmenté d'environ 25 000 nouveaux albums.

  • Derrière le phénomène éditorial de Largo Winch, un dessinateur exceptionnel : Philippe Francq. Au cours d'un entretien fleuve, ce dernier nous raconte chaque étape de son travail, livre ses influences, ses passions, revient sur ses débuts, ses premiers pas avec « Largo Winch ». Portrait en pied d'un des plus grands raconteurs d'histoires de sa génération.

  • La bande dessinée fait son entrée dans la prestigieuse collection « L'Art et les Grandes Civilisations ». Longtemps relégué au rang mineur d' « illustré » pour la jeunesse, le genre a gagné sa légitimité bien au-délà des cercles bédéphiles pour désormais prétendre être cité dans les programmes scolaires et les tribunes universitaires.

    Des fondateurs (Töpffer, Outcault, McCay, Saint-Ogan) aux auteurs contemporains (Spiegelman, Ware, Mattotti, Bilal, De Crécy, Satrapi...), des séries cultes (Tintin, Astérix, Blueberry, Les Cités obscures, XIII...) au graphic novel en passant par le comics et le manga, cette approche socio-historique internationale permet de comprendre le phénomène culturel qu'est la bande dessinée.

    À travers plus de 550 reproductions de planches originales ou d'imprimés se donnent à apprécier les styles, les techniques et l'inventivité graphiques ou narratives de près de 500 créateurs (dessinateurs et scénaristes). Sans précédent, ce volume constitue une véritable référence pour tout public et marque un pas de plus vers la reconnaissance du « neuvième art ».

empty