Seuil

  • Une nouvelle affaire pour Guido Guerrieri, l'avocat le plus célèbre de l'Italie littéraire : un homme en prison, condamné en première instance pour trafic de drogue, clame son innocence. Un voyage dans les rouages de la machine judiciaire en compagnie d'un personnage fascinant.
    Guido Guerrieri est appelé à la prison de Bari pour défendre en appel un prévenu condamné pour trafic de drogue. Reconnaissant en lui Fabio Ray-Ban, l'agitateur fasciste qui fut le cauchemar de son adolescence, il décide de refuser. Or, l'homme clame son innocence : il prétend avoir été dupé par son premier avocat. Et il lui lance : « On raconte que vous ne vous dérobez pas quand la cause est juste. On raconte que vous êtes un type bien. » Guerrieri hésite, car les preuves sont accablantes ; il sait qu'il est malvenu et dangereux de s'en prendre à un confrère. Mais quand la femme du détenu, d'une beauté stupéfiante, se présente à son cabinet, toutes ses réserves s'évanouissent.
    Séduit par cet avocat malheureux en amour, féru de boxe et de littérature, le lecteur se laisse entraîner dans une affaire qui lui dévoile les rouages de la machine judiciaire italienne, ainsi qu'une ville aussi animée qu'inquiétante.

  • Les époux Ferrara sont fous d'angoisse : leur fille a disparu depuis six mois, évanouie dans le néant, et les pistes suivies jusque-là n'ont mené à rien. Refusant de se rendre à l'évidence et de voir classer l'affaire, ils veulent charger Guerrieri, avocat assez renommé, d'enquêter sur cette disparition. Après bien des hésitations, celui-ci finit par accepter. Le voilà qui se met à interroger les proches de Manuela, son ex-fiancé, suspect numéro un mais doté d'un alibi de fer, Anita, qui l'a conduite à la gare à la fin du week-end, et puis Caterina et Nicoletta, qui étudiaient avec elle à Rome.La nuit, donnant libre cours à sa mélancolie, Guerrieri aime vagabonder seul dans la ville ou se réfugier dans le bar de Nadia, une femme fascinante au passé ambigu.Pendant plus de la moitié du roman, Guerrieri a l'impression de tourner en rond, les éléments qu'il recueille sont sans importance... Celle qui n'est pas sans importance par contre, c'est la belle Caterina, l'amie qui semble prête à collaborer et même à l'aider, à certaines conditions... Et puis, soudain, la solution arrive comme une douche froide, en regardant simplement là où personne n'avait jamais regardé.Plus détective qu'avocat, donc, Guerrieri n'en est pas moins séduisant, avec sa manie des citations littéraires, cinématographiques et musicales, ses allures de perdant à la Charlie Brown malgré ses succès professionnels, son habitude de confier ses secrets à son sac de boxe...

  • Roberto et Emma sont patients du même psychiatre. Elle paie le traumatisme d'un mariage qui a mal tourné. Lui tente de débrouiller l'écheveau d'un passé nébuleux. D'une séance à l'autre, les souvenirs de Roberto affluent et le font remonter à l'époque heureuse où son père et lui affrontaient les vagues de l'océan sur leur planche de surf. Mais aussi à un passé plus proche et apparemment plus complexe, une vie de clandestinité et de danger pour s'infiltrer, sous de fausses identités, dans des réseaux de drogue d'envergure internationale. Jusqu'au jour où tout a basculé, où ses repères, et notamment le sens du bien et du mal, se sont comme volatilisés. Finira-t-il par surmonter ses démons ?
    Quant à Giacomo, enfant solitaire, secrètement amoureux de la plus jolie fille de sa classe dont il sent tout à coup la souffrance, il n'a que ses rêves et le chien Scott qui l'y guide pour retrouver le père dont il a été privé trop tôt et parvenir à se construire.
    La rencontre de ces trois personnages révèlera bien des surprises.
    Tout au long du roman, le lecteur suivra aussi Roberto durant ses longues promenades dans Rome, au cours desquelles il semble découvrir pour la première fois une ville qu'il habite pourtant depuis bien longtemps.

empty