Loubatieres


  • l'oléiculture s'est merveilleusement développée en provence il y a plus de 25 siècles, à tel point que l'olivier est devenu un symbole incontournable de ces terres.
    on le raconte éternel, il incarne paix et sagesse. telle une mer aux ressacs argentés affichant ses promesses dans le paysage, sa culture génère une activité économique importante. ses fruits incitent au partage et à la convivialité. son huile, couleur soleil, livre un élixir aux vertus dont il reste encore des secrets à découvrir.

  • Océanique et méditerranéenne, gasconne et languedocienne, urbaine et rurale - et même montagnarde -, industrielle et agricole, enracinée dans son histoire et cosmopolite, la Haute-Garonne offre une rare diversité de paysages et de cultures.
    Se réveiller dans une confortable chambre d'hôtes avec vue sur un sommet pyrénéen, partir en balade en forêt, visiter une chapelle romane ou un vignoble après avoir fait un tour au marché, découvrir et goûter les produits locaux, c'est cela et bien d'autres plaisirs et découvertes que vous propose le Guide orange du tourisme durable de la Haute-Garonne.

  • La Haute-Garonne a été créée en 1790, mais ses racines plongent jusque dans la Préhistoire et le département conserve les traces des riches influences politiques, économiques et culturelles qui se sont succédé sur son sol au cours des millénaires. Sa géographie elle-même, depuis la haute montagne des Pyrénées et les coteaux du Lauragais jusqu'à la vaste plaine de la Garonne, reflète sa diversité. Diversité des paysages, de la faune et de la flore, mais aussi des activités humaines. L'agriculture d'abord, et la manne du pastel à la Renaissance ne doit pas faire oublier les activités ancestrales de cultures céréalières et d'élevage toujours florissantes. L'industrie ensuite, qui n'a cessé de se développer depuis le début du XXe siècle avec l'aviation, la chimie, l'espace, les nouvelles technologies...

    L'art de vivre en Haute-Garonne, qu'il s'agisse de culture ou de gastronomie, se pratique au quotidien. De nombreuses manifestations irriguent le territoire tout au long de l'année jusque dans les plus petits villages. Les produits locaux approvisionnent la table des Haut-Garonnais comme celle des restaurateurs et, sur les marchés, légumes, fromages, viandes et volailles et vins d'ici s'exposent sur les étals pour le plus grand bonheur des habitants comme des visiteurs.

    Multiple, à la fois rurale et urbaine, enracinée dans son histoire et tournée vers l'avenir, la Haute-Garonne est à découvrir et à redécouvrir avec ce livre.

  • Une ligne de vie : c'est ainsi qu'est considéré le Train Jaune sur le territoire qui le porte et qu'il irrigue. Véritable emblème identitaire du Parc naturel régional des Pyrénées catalanes, il le parcourt sur toute sa longueur pour mieux le faire découvrir en toutes saisons.
    Le Train Jaune, c'est aussi ce train qui semble appartenir aux reliques d'époques révolues, mais au-delà du folklore, il demeure avant tout le témoin d'une modernité visionnaire, que ce soit dans les ouvrages d'art qui le constituent ou dans son alimentation en énergie renouvelable, hydroélectricité produite par l'eau des Pyrénées. C'est lui qui a permis de relier au reste du monde le Conflent, la Cerdagne et le Capcir, l'essor touristique qui s'en est suivi, la possibilité pour des générations d'étudiants de rentrer chez eux en fin de semaine.
    À chaque fois qu'il a été menacé dans son existence, ceux qui le conduisent, l'entretiennent, accueillent les usagers et même ceux qui l'utilisent l'ont défendu âprement comme un joyau sang et or inaliénable.
    C'est l'histoire de cette épopée, qui fête son centenaire mais qui s'écrit encore au présent, qu'a voulu raconter le Parc naturel régional des Pyrénées catalanes qui a pour vocation première de faire vivre et fructifier le patrimoine de son territoire. Le Parc a pour cela fait appel aux talents d'un photographe de renom, Noël Hautemanière, et d'une ethnologue, Alexia Rossel, qui, avec la finesse et la sensibilité qu'ont leur connaît, ont su mettre en lumière et en mots les liens réciproques qui unissent le Train Jaune aux vallées et plateaux qu'il enlace et enchante. À la lecture de cet ouvrage, vous ne resterez pas insensible à l'émotion qui se dégage de cette ligne de vie.

  • Plus intime et discret que son célèbre pendant méditerranéen, Le canal latéral à la Garonne accompagne avec douceur la vie de ses riverains, en un parcours qui frôle, s'éloigne, traverse et, pour finir rejoint, le fantasque fleuve Garonne.
    Entre les haltes des ports abrités toujours actifs, le Canal latéral serpente dans la campagne du Sud-Ouest, pour le bonheur des plaisanciers, des randonneurs, des pêcheurs et des rêveurs.
    Premier beau livre consacré exclusivement au Canal latéral à la Garonne, depuis le port de l'Embouchure à Toulouse à l'écluse de Castets-en-Dorthe au seuil de la Gironde, l'ouvrage raconte en quatre chapitres :
    L'histoire du canal latéral ; Les ouvrages d'art et l'architecture ; la géographie de la vallée de la Garonne et la vie du Canal latéral.
    L'ensemble est largement illustré de photographies contemporaines et d'époque ainsi que de documents d'archive.

  • Trente-sept communes, 762 956 habitants, 45 820 hectares dont 43% d'espaces naturels, agricoles et forestiers, plus de 100 000 étudiants... les chiffres ont toute leur importance pour décrire le paysage socio-économique de Toulouse Métropole. Mais quelle est la "personnalité" de ce territoire ? Comment s'est construit son paysage historique, économique et culturel ?

    C'est d'abord une histoire partagée, celle qui, de la romanité à nos jours, en a modelé les contours. Après les villae gallo-romaines, ces fermes disséminées autour de l'antique Tolosa, le Moyen Age voit la constitution des seigneuries et la fondation des paroisses ; les communes instituées à la Révolution ont presque toutes conservé leurs limites de 1790. Toulouse ne cesse de grandir et, à partir des années 1960, c'est aussi le tour des trente-six autres communes qui accueillent aujourd'hui près de 40% de la population de la Métropole. Métropolitains des villes et Métropolitains des champs partagent désormais un territoire et un avenir communs.

    Toulouse Métropole c'est aussi une économie. Jusqu'au début du XXe siècle, Toulouse est une grande cité industrieuse, administrative et commerçante, au milieu d'une vaste plaine agricole plutôt prospère. Le pastel a fait la fortune de quelques riches commerçants au XVIe siècle, mais point d'industrie jusqu'à ce qu'un jeune industriel, ambitieux et avisé, venu des Pyrénées voisines, se lance au sortir de la guerre de 1914-1918, dans la construction d'avions et l'exploitation de lignes aériennes commerciales. Nul ne le savait encore, mais le destin aéronautique de Toulouse était scellé ; le spatial suivra à partir des années 1970. Dans le même temps, l'université, créée en 1229, est devenue la troisième université de France en dehors de Paris.

    Toulouse Métropole, c'est enfin une culture et un art de vivre qui s'enracinent dans un patrimoine et dans une langue, cette belle langue d'oc qu'on entend encore chanter - un peu - dans l'accent. Une terre fertile depuis longtemps pour la créativité dans tous les domaines : arts littéraires et arts plastiques comme arts du spectacle vivant ; arts du ballon ovale comme du ballon rond ou de la belle foulée ; arts de la gastronomie comme art de la flânerie...

    Un territoire avec son histoire, son économie et sa culture, c'est ce paysage, cette mosaïque, que ce livre a pour ambition de montrer. Toulouse Métropole, un territoire à vivre, une histoire en devenir.

  • Cet ouvrage offre un portrait singulier et inédit de la Garonne.
    Il restitue le caractère essentiel du fleuve, celui du fil de l'eau et de son parcours. La Garonne court, et c'est sa course ininterrompue, son rythme, sa palpitation vivante qui sont inscrits dans ces pages. A la manière impressionniste, pointilliste, les auteurs nous livrent une vision imprégnée d'un contact concret avec la Garonne, la mémoire de sensations personnelles, le récit d'une longue fréquentation, sans oublier les sources du savoir.
    Suivant le fil des splendides cartes aquarellées d'Hippolyte Matis - restituées ici dans leur intégralité pour la première fois -, cheminant avec l'arpenteur, le promeneur, le géographe et le naturaliste, c'est au plus près des humeurs du fleuve que nous descendons des sources jusqu'à l'Océan.

  • Nouvelle édition du livre paru en 1992 et introuvable depuis le milieu des années 1990. Cette nouvelle édition reprend l'essentiel du contenu qui avait fait le succès de la première édition : représentation des cartes, plans, gravures et aquarelles contemporaines de la construction du canal, de manière exhaustive (de Toulouse à Agde) ; commentaires de spécialistes, articles de fond. Ce volume comprend en sus une présentation des Archives du Canal du Midi.

    Ont collaboré à cet ouvrage :
    Michel Adgé, enseignant ; Philippe Delvit, maître de conférences à l'université des sciences sociales de Toulouse ; Robert Marconis, professeur à l'université de Toulouse-Le Mirail ; Jean-Loup Marfaing, architecte et historien ; Samuel Vannier, archiviste aux VNF.

  • En cent cinquante ans, entre 1222 et 1373, un semis de plus de trois cents bastides se développe en Aquitaine et Languedoc. Ces villes nouvelles se distinguent à la fois de l'héritage des villes gallo-romaines et des bourgs et villages médiévaux antérieurs.
    La fondation des bastides s'inscrit dans un contexte féodal, celui de rivalités entre quelques grands seigneurs durant une période bornée par deux grandes guerres, la croisade albigeoise et la guerre de Cent Ans. Ces créations cristallisent l'évolution de la société féodale et de l'économie médiévale, faisant de la bastide l'expression emblématique d'un véritable modèle de ville et de communauté urbaine.
    Mais la conjugaison de tous leurs caractères, les modalités de leur constitution, leur peuplement, leur organisation et leur vie sociale font de ces bastides une création promise avant même le terme du Moyen Âge à une incorporation, une dilution dans l'urbanité partagée de toutes les villes de France.
    Cette fusion progressive des bastides dans les strates de l'histoire prenait le caractère d'une véritable disparition quand quelques historiens, vers le milieu du xixe siècle, mirent à jour leur singularité. Dès lors, l'intérêt pour les bastides ne se démentira plus.

  • Mosaïque d'essences et de paysages en perpétuelle évolution, la forêt des Pyrénées se conjugue au pluriel, de l'Atlantique à la Méditerranée.
    Au gré des époques, des climats, versants et altitudes, mais aussi sous l'action dévastatrice de l'homme, aujourd'hui plus respectueuse, le couvert forestier a subi bien des transformations. Univers envoûtant, peuplé de nombreux animaux, sa diversité et sa beauté laissent encore pantois le visiteur qui y pénètre.

  • Le livre invite à la découverte du Canal du Midi dans toutes ses composantes. Il retrace l'histoire du canal, les prouesses architecturales et techniques de sa construction, et fait une large place au canal vivant en tant que milieu naturel et en tant que lieu d'activités humaines constamment renouvelées. Photographies inédites de Julien Gieules.

  • Présentation commentée de gravures choisies des Voyages pittoresques et romantiques dans l'ancienne France du baron Taylor.
    Entre 1820 et 1878, le baron Taylor, avec l'aide de quelques érudits et artistes, a réalisé sous forme de lithographies un inventaire patrimonial de la France de cette époque qui connut un fort retentissement.
    Chaque ouvrage de la collection rassemble un choix de lithographies pour une zone géographique déterminée.
    Une notice détaillée met en perspective les éléments historiques, artistiques, scènes de vie quotidienne, etc., de chaque planche. L'intégralité des lithographies réalisées est reproduite en fin d'ouvrage.

  • Paris, la nuit

    Thibaut Lafaye

    "Je cherchais une lumière particulière...".

    La nuit, Thibaut Lafaye part en quête de lumière dans un Paris fantasmé, un Paris rien qu'à soi, révélé par le halo d'un réverbère, retrouvé au détour d'une rue de faubourg, sublimé par le passage d'une silhouette furtive. Il nous conduit en des lieux familiers mais jamais aperçus, joue du cadre et de la lumière pour nous faire perdre tout repère temporel. Sommes-nous aujourd'hui ? Hier ? Dans la vie ou au cinéma ?

  • Clermont-Ferrand est née de l'union de Clermont - ville de l'évêque d'Auvergne - et de Montferrand, ville comtale. Abritée par la chaîne des Puys à l'ouest et dominée par le puy de Dôme et son temple de Mercure, la ville s'ouvre sur la Limagne et ses riches terres agricoles. L'ancienneté de l'occupation de ce site par l'homme a donné à cette terre une multitude de sites antiques et médiévaux. La polychromie des matériaux, née de la diversité géologique, confère au patrimoine bâti, tant civil que religieux, son caractère remarquable.

  • Quatre auteurs passionnés, fins connaisseurs du Béarn, conjuguent leurs savoirs et leurs talents pour nous offrir cet ouvrage unique. Leurs regards croisés interrogent les grands sujets qui fondent l'identité de cette région, éclairent son patrimoine et en expriment la singularité.

    Le livre, largement illustré de photographies et de reproductions de documents d'époque, présente cette richesse historique et cette diversité écologique, dans toutes ses dimensions culturelles contemporaines.

  • Délimité par Salses et la Salanque au Nord, la Méditerranée à l'est, le massif du Canigou à l'ouest et les Albères au sud, le Roussillon est une région naturelle et culturelle dont la plaine de Perpignan est le centre.
    Terre de passages historique depuis l'Antiquité, traversée par la via Domitia et les chemins de Saint-Jacques, avec pendant longtemps les Cols de Cerbère et du Perthus pour seuls passages des Pyrénées avant les ports des Pyrénées centrales, l'histoire et le patrimoine du Roussillon sont parmi les plus riches du pourtour Méditerrannéen.

  • Bocage(s) : Définitions et délimitations.
    Quelles sont les spécificités de cette petite région traditionnellement appelée, depuis le XXe siècle seulement, "Bocage bourbonnais" ? Où se situent ses limites ? Les traces du Moyen-Age aux origines du Bourbonnais : Présentations des principaux édifices monumentaux: château de Bourbon l'Archambault, prieuré clunisien de Souvigny..., ainsi que les types d'édifices civils et religieux caractéristiques de cette période: églises romanes et maisons-fortes du XVe.
    Siècle. Le bocage bourbonnais, histoire et société rurales (XVIe-XIXe siècle) : Le remembrement post-médiéval de la propriété par la bourgeoisie et l'aristocratie urbaines à partir du XVIe siècle ;
    Création du système des métairies ; la création du bocage proprement dit (parcellaires, systèmes techniques). La contestation du métayage au XIXe siècle.

  • L'auteur nous convie à la découverte de la vallée de la rivière Aveyron, de sa géograhie, de son patrimoine, de son histoire et de ses affluents.
    Dans une première partie, il alterne propos sur les caractériques de la vallée et hors-textes spécifiques sur certains épisodes marquants (catharisme, bastides, templiers, moulins...).
    Une seconde partie présente, de la confluence à la source, chaque commune riveraine, son histoire et son patrimoine.

  • Particulièrement riche, le Lauragais - pays de cocagne - s'étend sur la Haute-Garonne, l'Ariège, l'Aude et le Tarn. C'est une terre agricole qui a été traversée par les grandes batailles de l'annexion de l'Occitanie au royaume de France, qui a vu naître le Canal du Midi et dont les villages serviront plus tard de repère aux pionniers de l'Aéropostale... c'est aussi le pays du vent d'autan, le territoire où l'architecture civile et religieuse est particulièrement remarquable...

  • À Toulouse, comme ailleurs, le Moyen Âge - considéré comme la période allant de la fin de l'Antiquité au XVe siècle - est une période clef pour l'organisation du centre historique de la ville.
    Capitale des rois goths, tête de pont des souverains carolingiens, centre du pouvoir des comtes Raimond, puis relais de la puissance royale dans le Midi, Toulouse a connu un destin singulier et parfois brillant. Les monuments religieux qui subsistent de l'époque médiévale, comme les exceptionnelles églises de Saint-Sernin et des Jacobins, en témoignent de façon éloquente.
    Depuis trente ans, l'archéologie urbaine a livré, à travers les résultats d'une quarantaine de fouilles, nombre d'informations inédites sur son développement topographique et sur l'histoire de ses quartiers, de ses rues, de ses bâtiments civils et religieux, de ses maisons et hôtels particuliers.
    Confrontées aux données des archives, ces informations permettent de porter un regard nouveau sur la ville médiévale et sur les grandes étapes de son histoire pendant un millénaire.

  • Qui aurait cru que, trois cents ans après la construction par Riquet de cette retenue d'eau destinée à réguler l'alimentation du Canal du Midi, le lac de Saint-Ferréol deviendrait la station balnéaire la plus prisée de toute une région ? Entre 1950 et 1970, Denis Estève a photographié avec talent la vie autour du lac, les concours de pêche, les " pat' d'éph " et les bikinis, mais aussi les travaux d'entretien de la retenue et le calme de la saison hivernale.

empty