Sciences humaines & sociales

  • « C'est au cours des années 30, dans une organisation pronazie dénommée Ossewa Brandwag (la sentinelle des chars à boeuf) que se sont rencontrés les trois précurseurs de l'apartheid. John Vorster, Hendrik Frensch Verwoerd et Daniel Malan partageaient deux rêves sinistres :
    Prendre le pouvoir pour se venger de la domination britannique sur les Afrikaners et construire un système racial hiérarchisé dans lequel les Noirs seraient encore plus marginalisés. Pour atteindre ces objectifs, ces hommes avaient besoin de deux leviers essentiels : une vision du monde partagée - la doctrine - ainsi que l'instrument de mobilisation de la masse des Blancs - le parti. L'apartheid sera donc la réponse doctrinale et le Parti National l'instrument de propagande, d'organisation et de conquête du pouvoir. Mais que signifie donc l'apartheid ? A quoi rime sa doctrine ? » N'éteignez pas la lumière est un livre de réflexion sur la pensée de Nelson Mandela. Il analyse les conditions d'émergence de sa personnalité politique ainsi que son héritage pour les combats futurs. La lumière symbolise la culture au sens humaniste et progressiste du terme.
    Elle jaillit de l'éducation traditionnelle, de la philosophie africaine d'Ubuntu, de la volonté d'apprendre ainsi que des conclusions que le héros de la lutte contre l'apartheid tire de chaque combat politique mené.
    Mandela est convaincu que chaque être humain peut s'améliorer et qu'une certaine éducation élève l'homme, le rend plus libre. Pour survivre aux difficiles conditions d'emprisonnement, Mandela et ses compagnons mettent en place une stratégie de résistance résolue. Ni la terreur ni les conditions carcérales infrahumaines conçues pour briser le moral des prisonniers n'arriveront à atteindre la détermination de vaincre des combattants de la liberté.

  • Recherche sur les arrosages chez les peuples anciens est un témoignage exceptionnel, fruit de son observation des systèmes d'arrosages et de leurs conséquences économiques, et donc politiques et sociales en Syrie, en Arabie et en Egypte.
    François Jaubert de Passa ne se contente pas d'observer, riche de l'histoire des pays dans lesquels il voyage, il se pose aussi en visionnaire avisé.
    Son écriture, fluide, poétique et claire, permets de s'immerger dans ces récits, qui dépassent le cadre scientifique.
    François Jaubert de Passa, que l'on présente aujourd'hui comme hydraulique, a publié de nombreux ouvrages, qui témoignent de ses travaux et réflexions Recherche sur le chêne liège, Mémoire de la culture de L'Olivier en font partie.
    Il sera pour nous la figure fondatrice de notre collection « Juste à Temps », consacrée à l'écologie. En effet, François Jaubert de Passa, symbolise tout à fait l'esprit que nous souhaitons transmettre à travers cette collection : traiter de domaines particuliers en matière d'écologie, en ouvrant sur de larges débats d'idées. Formuler des hypothèses, éveiller la curiosité, chercher dans le passé les racines du présent, et ne jamais s'enfermer dans un discours de spécialistes.

  • Jacques Attali et Stéphanie Bonvicini ont produit, sur France Culture, une série d'entretiens sur le thème de "la Consolation", pour laquelle ils ont reçu dix-huit invités. L'idée fut de comprendre avec eux, parfois au fil de leurs témoignages, comment, à travers les sociétés et les civilisations, il existait, face à la mort, différentes techniques de consolation pour ceux qui restent.
    Croyances ancestrales, croyances religieuses, croyances extraordinaires, rituels funéraires ou de consolation, convictions personnelles, épreuves du corps, de l'esprit, actes d'écriture, de création artistique, paroles, silences, temps d'isolement, spiritualité, ésotérisme, accompagnements thérapeutiques, ces entretiens ont laissé transparaître comment chacun ou chaque groupe appréhende le travail de deuil et cherche à se consoler de la disparition de l'autre.
    Ils ont aussi permis d'éclairer la façon dont les rituels funéraires s'adressent autant aux vivants pour les consoler, qu'aux morts pour organiser leur passage. De la désolation à la consolation, de la présence à l'absence, de la vie à la mort, chacun des invités a abordé avec pudeur, profondeur et délicatesse ce thème qui a touché ou touchera chacun d'entre nous dans son être, individuel et social.
    Sur le CD qui accompagne le livre, chaque entretien est retravaillé de manière à n'en garder que les moments les plus représentatifs. Le livre ne reprend pas les entretiens, mais chaque invité y apporte un éclairage sur un thème soulevé pendant l'émission ou, au contraire, sur un sujet qu'il n'a pas eu le temps de développer au cours de l'entretien.
    Ce livre-CD, avec ses " voix ", a ainsi une forme de résonance toute particulière sur ce thème majeur et méconnu qu'est la consolation de ceux qui restent. Cinq thématiques se dégagent des entretiens et permettent d'en organiser le contenu : - comment les religions nous consolent, - l'énigme de la consolation collective, - les actes consolateurs, - les consolations hors normes, - ces hommes et ces femmes qui " sont " consolation.
    Un entretien de Jacques Attali, réalisé par Stéphanie Bonvicini sera présenté en introduction du livre.

  • Suze Rotolo évoque avec enthousiasme et vivacité la période festive et créative des années 1960 à New York, tout particulièrement dans Greenwich Village. Elle y vécut alors l'avènement de la musique folk et son âge d'or depuis un poste d'observation idéal : l'épaule de Bob Dylan !

  • Je suis ton père

    Thomas Snégaroff

    • Naive
    • 27 Novembre 2015

    Star Wars, ou l'histoire de l'Amérique, celle d'un Empire incarnant successivement le bien et le mal, d'une nation qui, à trop avoir eu besoin de démons, s'est trop souvent perdue. Face à l'obsession sécuritaire désormais constante, la question que pose la saga, c'est celle de l'avenir de l'Amérique et au-delà de nos démocraties.
    Mais si la saga nous touche si profondément, c'est parce que l'histoire de la nation tiraillée entre le Bien et le Mal s'incarne dans la trajectoire mythologique d'un héros à la recherche de lui-même.
    L'ordre ne reparaît que lorsque ces mots sont prononcés : « Je suis ton Père ». Saga conservatrice qui aura permis l'arrivée au pouvoir de Ronald Reagan et de sa révolution elle-même conservatrice alors que le projet s'inscrivait dans une tradition contre-culturelle, tel est l'un des grands paradoxes de Star Wars.
    Dans un pays égaré, qui craint plus que jamais peut-être de décliner, qui sera capable, sans agiter le spectre dangereux de la peur, de renouer avec le projet des Pères fondateurs américains ? De retrouver, finalement, le Père ?
    A l'occasion de la sortie mondiale de Star Wars 7 fin 2015, et à travers le prisme de la saga, un regard sur la culture politique américaine et, audelà, le destin de l'Occident.

  • Dernier numéro de la revue inculte dans son format originale «poche», avec un grand dossier consacré à l'alcool, un entretien-fleuve avec Richard Powers et une participation de tous les membres du comité de rédaction : Mathias Enard, Claro, Arno Bertina, Mathieu Larnaudie, Maylis de Kerangal, Stéphane Legrand, Oliver Rohe, Hélène Gaudy, etc.

  • L'Europe, disait mon père, l'index bien pointé vers l'horizon, c'est tout ce qu'il y a derrière l'Océean...

  • La Solitude, toutes les solitudes..

    Se sentir seul, se retrouver seul, avoir peur d'être seul, avoir envie d'être seul, la solitude, ou plutôt les solitudes font partie intrinsèquement de nos vies.

    Solitude que l'on subit, solitude que l'on choisit, elles se déclinent sous plusieurs formes, empruntant de multiples visages.

    Parfois douloureuse, parfois désirée, la solitude peut-être aussi vécue comme une source de création, comme le souligne le chorégraphe Angelin Preljocaj, dans un court et intense témoignage.

    La solitude, toutes les solitudes, est le premier opus des " Spirituelles de Naïve ", qui proposera tous les six mois des entretiens sur des thèmes philosophiques ou religieux.

  • Comme son titre l'indique, cet essai crée l'alliance entre deux notions opposées. Mais que serait l'avenir si le présent ne lui permettait pas d'interroger le passé. Les auteurs sont allés recueillir la parole de «résistants», hommes et femmes qui dans des circonstances particulières de l'histoire de leur pays ont pris position, ont agi, réagi comme Peter Gingold, Stéphane Hessel, Otelo de Carvahlo, Martin Almada. Profiter de leur mémoire vive pour donner des clés pour aujourd'hui alors que l'on perçoit si fort le retour des populismes.

  • « Les Spirituelles de Naïve» est une collection qui propose un ou plusieurs entretiens sur un parcours spirituel ou religieux. Tous les sujets afférents à ces domaines peuvent être abordés, explorés.
    Pour ce premier volume, le thème est « Solitude, toutes les solitudes ».
    Sandrine Piau, soprano, spécialiste du baroque, Isabelle Autissier, navigatrice solitaire, Angelin Preljocaj, danseur et chorégraphe, expriment ce que signifie pour eux la solitude. Quelle place a-t-elle pris dans leurs vies, que voient-ils des solitudes des autres?
    Solitude qui construit, solitude qui détruit, solitude à brader, à braver, toutes les solitudes nous regardent.
    La société fabrique-t-elle des solitudes?
    Flaubert, lui, la résumait superbement ainsi: « Je viens de passer une bonne semaine, seul comme un ermite et tranquille comme un Dieu ».

empty