Tourisme & Voyages France

  • Ce «Petit Guide de vie quotidienne» propose un regard différent sur Arles et offre en partage l'amour d'une Arlésienne pour sa ville. Présenté sous forme de reportages photographiques au fil des quatre saisons, il nous fait découvrir une ville dans son intimité : adresses, architectures, détails, personnages insolites.... Tradition et contemporanéité se mêlent afin de donner la possibilité aux lecteurs, mais aussi aux Arlésiens, de (re)découvrir cette ville de caractère sous un jour nouveau.

  • Paulilles

    ,

    La baie de paulilles, sur la commune de port-vendres, fut choisie en 1870 par alfred nobel pour accueillir la première dynamiterie de france.
    Le site est isolé, loin de nos frontières avec la prusse. en 1984, l'usine ferme définitivement ses portes. le site est convoité, en vain, par des promoteurs immobiliers. le conservatoire du littoral rachète le site en 1998 et le réhabilite de fond en comble. une aventure.

  • La présente encyclopédie est une aventure.
    Pour parler du rivage, le Conservatoire du littoral et les éditions Actes Sud ont fait appel pendant près de quinze ans à des journalistes, des écrivains, des géographes, des paysagistes, des historiens, des philosophes, des militants associatifs, des randonneurs, des navigateurs habitués des fortes houles, des mordus de sable et de vent... Ils ont sollicité de très nombreux illustrateurs, dont on ne cesse d'admirer le talent.
    Chacun a raconté son rivage. De ces récits, de ces itinéraires, de ces regards multiples sur un littoral pluriel il ressort, comme évidence, que le rivage est un patrimoine commun qu'il nous appartient collectivement de protéger. Le Conservatoire du littoral, en 2010, c'est 135 000 hectares acquis depuis 1975, plus de 600 sites ouverts au public, réhabilités, entretenus et désormais inaliénables, 12 % du linéaire côtier protégé pour le seul rivage métropolitain, des milliers d'actes notariés, d'innombrables négociations, mais aussi d'exceptionnelles rencontres et, à travers elles, d'inoubliables histoires de complicité et d'amitié partagées.

  • Nos "anciens de Camargue", qu'ils aient été gardians, manadiers, pêcheurs, chasseurs ou autres, ont tous, enfouie au plus profond de leur mémoire, une somme insoupçonnée de souvenirs et d'anecdotes sur leur pays et leur activité. Des histoires souvent incroyables et fabuleuses, dignes des plus grands films de Pagnol. Parce qu'en un siècle ces hommes ont vécu de grands changements - la modernisation et le progrès -, leurs récits semblent venir d'un autre monde, comme hors du temps. Ils ont connu l'arrivée de l'électricité, de l'eau courante, de la motorisation, du téléphone, des clôtures... Malheureusement, la plupart de ces histoires s'en iront avec eux. Ici, autour du thème du bois des Rièges, qui donne le contexte et constitue le fil d'Ariane, une quinzaine de Camarguais livrent les meilleurs souvenirs d'une époque pas si lointaine. René Jalabert, Jacques et Armand Espelly, Marcel et Jean Raynaud, Jean Sol, Hubert Yonnet, René Lambert, Pierre Sellier, Roger Taillet et quelques autres ont ouvert leur mémoire à Annelyse Chevalier. Ces histoires vraies remontent à plus de soixante ans, mais émeuvent toujours autant leurs auteurs. Ces aventures de terrain souvent drôles, parfois difficiles ou tristes, nous démontrent combien, en peu de temps, le travail a changé, de même que la façon de vivre et les mentalités. Si, il y a soixante ans, les conditions de vie étaient moins faciles qu'aujourd'hui, elles comportaient visiblement moins de soucis et de contraintes. Quoi qu'il en soit, on décèle chez tous ces Camarguais une relation très forte à leur terre, proche de la nature, un amour profond pour les bêtes. Au terme de plus de quatre années de rencontres et de recherches, voilà les récits dévoilés, avec l'humble satisfaction de se dire qu'il restera une part de témoignage, une trace de ces personnages estimés et de leur vécu. Quant au bois des Rièges, endroit mythique de Camargue révélé par Joseph d'Arbaud et La Bête du Vaccarès, il est enveloppé d'une atmosphère légendaire et mystérieuse...
    Pouvait-il y avoir cadre plus symbolique pour ces aventures extraordinaires ? On apprend ainsi au fil des pages à découvrir ce lieu unique et préservé au coeur du delta, à mieux le connaître sans pour autant violer son intimité. Un véritable voyage dans le temps et l'espace pour tous les amoureux du terroir et des traditions.

  • Le promeneur de Paris

    Collectif

    Une petite anthologie pour découvrir l'histoire des jardins parisiens et méditer, sans regret, sur les métamorphoses du paysage urbain. Du "jardin royal des plantes médicinales" à la révolution du jardin public, des parcs paysagers du Second Empire aux promenades plantées du XXIe siècle, à l'audace des friches contemporaines... Dispersés dans le corps minéral de la ville, les jardins publics ouvrent des perspectives magistrales, des respirations secrètes, mais tous distillent un "charme d'attardement". Chacune de ces promenades est une invitation à la flânerie. Tenu par la main dans le méandre des rues et des allées, le long des massifs, à la découverte des essences rares ou des plantes "sauvages", le promeneur peut tour à tour s'imaginer botaniste, paysagiste, historien... Ou simplement se laisser gagner par un flot d'impressions et d'images, dans les odeurs de terre, de montées en graine soulevées par l'été. Entre nature et artifice, le jardin est toujours la germination d'un songe.

  • Le golfe du Morbihan

    Daniel Kempa

    Lové au creux des côtes méridionales de Bretagne, le golfe du Morbihan est une petite mer intérieure préservée d'où émergent de multiples îles cernées par des courants redoutables. Proche et inaccessible, le golfe offre des contrastes saisissants entre mondes anciens et monde contemporain. Dieux, hommes et animaux s'y rencontrent au détour de sanctuaires mégalithiques impressionnants, au fil d'histoires de marins pêcheurs et au gré de découvertes de milieux naturels d'une richesse exceptionnelle.

  • Mystérieuse, l'abbaye de Beauport s'ancre sur la grève, face à l'archipel de Bréhat, telle une goélette prête à appareiller.
    Ilot de rêve autant que lieu de mémoire, elle incite à vivre le passe autrement et à bâtir un avenir à l'image de ce territoire idéal. Laurence Meiffret nous entraîne à la découverte de passages secrets, de greniers ombreux, de quelques hôtes inattendus et des chemins creux du vaste domaine de Beauport. L'année 2002 sera à tout jamais marquée d'une pierre blanche : l'abbaye fête son huit centième anniversaire !

  • Réfugié sur les contreforts des anciens rivages, Jean-Claude Lefeuvre a vécu l'enfance de tous ces Bretons terriens amoureux de la mer, le corps dans le bocage, le coeur noyé dans l'horizon sans fin d'un monde étrange, fasciné par la beauté irréelle du Mont, superbe joyau enchâssé dans l'écrin d'une baie vivante qui respire au rythme des plus grandes marées du globe.

  • contrairement aux idées reçues, le bassin d'arcachon demeure en partie méconnu.
    des sites naturels, vivants et secrets, le bordent de part en part et sont autant d'invitations au rêve. du domaine de certes à saint-brice, de l'île aux oiseaux à malprat, il fait bon être hors du temps, même en été... un brin de curiosité, le désir de sortir des sentiers battus autorisent des balades inoubliables où le tadorne de belon, la gorge-bleue à miroir blanc, l'églantier ou le prunellier seront vos plus sûrs compagnons.

  • des promenades écologiques et littéraires, chargées de sel et de vent, en compagnie de journalistes, d'écrivains, de plaisanciers ou de navigateurs chevronnées, à la découverte des sites du conservatoire du littoral sur la côte d'opale : les dunes de flandre, les caps gris-nez et blanc-nez, le platier d'oye, la pointe de la crèche, le mont saint-frieux, les garennes de lornel, la baie de somme, le parc du marquenterre, le hâble d'ault...


  • des promenades écologiques et littéraires, chargées de sel et de vent, en compagnie de journalistes, d'écrivains, de plaisanciers ou de navigateurs chevronnés, à la découverte des dites du conservatoire du littoral sur les rivages de normandie : la valleuse d'antifer, les batteries de merville, la pointe du hoc, la réserve naturelle de beauguillot, utah beach, tatihou, la hague, les dunes d'hatainville, chausey, la pointe d'agon, la baie du mont-saint-mihel...

  • Des promenades écologiques et littéraires dans de somptueux décors de calanques et de maquis, le long de plages de sable fin, du Cap Corse aux Bouches de Bonifacio, en compagnie d'un journaliste, d'un écrivain, d'un scientifique, d'un gestionnaire de sites. dont le point commun est d'aimer passionnément «l'île de Beauté». Les Calanche de Piana, le fort de Girolata, la tour de Campomoro, bien sûr, mais aussi, si vous levez les yeux : le puffin cendré, la fauvette sarde, le grand corbeau, ou l'emblématique balbuzard pêcheur.

    Un itinéraire qui nous fait découvrir la fragilité des rivages et l'immense travail accompli par le Conservatoire du littoral depuis un peu plus de trois décennies.


  • une promenade d'automne le long du sentier douanier du cap corse.
    c'est l'occasion rêvée de musarder sur ces rivages, en quête d'histoires naturelles et humaines ; à la rencontre des hôtes du maquis, des îlots ou des fonds marins, ou des traces laissées par d'étranges fossiles comme par les premiers habitants de l'île.

  • Les caps gris-nez et blanc-nez sont les deux vigies françaises du détroit le plus fréquenté du monde, à trente kilomètres des côtes anglaises.
    Formidable carrefour des oiseaux migrateurs, sanctuaire de nombreuses espèces végétales, ce site naturel est aussi un territoire chargé d'histoire, paradis des randonneurs épris de grand.

  • Sur l'île d'aix, le fort de la sommité, devenu fort liédot, s'est laissé engloutir par une forêt de chênes.
    Pour le trouver, le lecteur-randonneur traverse pile et remonte l'histoire. aujourd'hui réhabilité, le fort dévoile l'admirable architecture de ses salles voûtées.

  • Des promenades écologiques et littéraires, chargées de sel et de vent, en compagnie de journalistes, d'écrivains, de naturalistes, à la découverte des sites du Conservatoire du littoral sur les rivages du Languedoc-Roussillon : la pointe de l'Espiguette, l'étang de l'Or, les Orpellières, Le Doul-La Saline, l'île Sainte-Lucie, Paulilles

  • Des promenades écologiques et littéraires, chargées de sel et de vent, en compagnie de journalistes, d'écrivains, d'écologistes chevronnés, de géographes et d'historiens à la découverte des sites du Conservatoire du littoral sur les rivages atlantiques : la baie de l'Aiguillon, l'île de Ré, l'île d'Aix, les marais de Brouage, l'estuaire de la Gironde, le bassin d'Arcachon, la corniche Basque

  • Qui n'a rêvé de survoler la Camargue dans le sillage d'un flamant ? de s'affranchir des routes, des haies et de la ligne d'horizon ? Le point de vue aérien offre cette liberté.
    Il livre le delta du Rhône dans son immensité et son intimité. Il en déploie la beauté sauvage et bien souvent étrange. S'élever révèle aussi l'activité des hommes, leurs façons d'aménager l'espace et d'exploiter les richesses naturelles. En une centaine d'images, l'ouvrage se propose de balayer la diversité des ressources, des contraintes, des enjeux. Chacune des vues, groupées ici par types de paysage, vient porter un message.
    Un commentaire en explicite le sens, convoquant histoire, économie, environnement et société, s'interrogeant sur l'aménagement du fleuve, la difficulté d'habiter, la fragilité de la riziculture, l'avenir des salins, la gestion du littoral, la protection de la nature. Autant de lectures que chacun pourra compléter de sa propre expérience. Car cette exploration, réalisée pour le plaisir des yeux, est aussi une invitation à faire travailler le regard, à lire entre les lignes par-delà l'évidence.
    Plus qu'une découverte, survoler la Camargue est un véritable questionnement sur les rapports de l'homme à son environnement.

  • En 2007, les travaux de la Carte archéologique du Rhône du DRASSM (Département des recherches subaquatiques et sous-marines, ministère de la Culture) ont effectué des découvertes exceptionnelles dans le fleuve à Arles. Outre l'épave d'un chaland romain du Ier siècle avant J.-C., de 30 m de long, ces recherches par 10 m de fond, au niveau du quartier de Trinquetaille, ont fait surgir de l'eau un véritable trésor d'objets en marbre et en bronze.
    Parmi ces découvertes remarquables, on distingue un buste de César unique au monde, vraisemblablement sculpté du vivant du dictateur, au moment où il fonda la colonie romaine d'Arles. On discerne également une statue de Neptune en marbre, haute de 1,80 m, dédicacée à l'empereur Septime Sévère et à ses deux fils, une victoire et un «Marsyas» (ou guerrier captif) d'inspiration grecque, tous deux en bronze et d'une incomparable beauté, une tiare de l'Artémis d'Ephèse, une tête de Junon ainsi qu'une série importante de sculptures et d'éléments architectoniques (bustes, bases de statues et portraits en marbre, chapiteaux corinthiens, fragments d'entablements et de corniches, fûts et bases de colonnes, placages de marbre et monnaies.).
    L'ensemble de ces objets s'apparente sans aucun doute aux vestiges d'un riche quartier qui comprenait des édifices publics, religieux et funéraires. Ces éléments, abandonnés dans le fleuve ou arrachés par une crue, témoignent des remaniements ou des destructions de ce quartier entre l'époque césarienne et le IVe siècle après J.-C. Ces découvertes apportent incontestablement du nouveau sur Arles et confirment la description faite par le poète romain Ausone au IVe siècle, qui évoquait une ville double, duplex Arelate, établie sur les deux rives du fleuve. Tous ces objets confèrent en effet au quartier suburbain de Trinquetaille un caractère monumental et richement décoré.

  • Les vautours fauves ont recolonisé les gorges de la jonte.
    Les réintroductions menées sur le parc national des cévennes sont placées sous le signe de la réussite. aux yeux des randonneurs, grands tétras, cerfs, castors. disputent la vedette aux châtaigniers, à la forêt de l'aigoual, aux mégalithes du causse et du mont lozère ou encore aux vestiges de l'histoire des cévenols, tour à tour camisards, paysans, soyeux ou mineurs. ce parc national, habité en permanence, a toujours joué deux cartes, celle de la culture et de la nature.

  • Des promenades écologiques et littéraires, chargées de sel et de vent, en compagnie de journalistes, d'écrivains, de plaisanciers ou de navigateurs chevronnés, à la découverte des sites du Conservatoire du littoral sur les rivages de Bretagne : la Côte d'Émeraude, l'abbaye de Beauport à Paimpol, le sillon du Talbert, l'archipel des Sept-Iles, le jardin exotique Georges-Delaselle sur l'île de Batz, la pointe du Raz et la baie d'Audierne, le pays de Lorient et l'île de Groix, le golfe du Morbihan...

  • Situé entre narbonne et les plages de gruissan, narbonne-plage et saint-pierre-sur-mer, qui font la renommée de la côte languedocienne, le massif de la clape a su préserver la magie d'une nature sauvage.
    Paradis des rapaces qui aiment à se nicher dans les anfractuosités de sa roche calcaire, des échassiers arpentant l'étang de pisse-vaches qui s'étire à ses pieds, il est parcouru de nombreux itinéraires plongeant le visiteur dans un univers secret et envoûtant.

empty