Jacques Priol

  • Au Canada, sur les rives du lac Ontario, Sidewalk Labs, une filiale soeur de Google au sein du géant Alphabet, est chargée d'inventer et de construire un nouveau modèle de ville. Une « ville intelligente » entièrement pilotée par la donnée. La smart city de Google ne passe pas. Les oppositions locales sont fortes, notamment du fait de la collecte massive des données. Les inquiétudes dépassent les frontières, car le géant américain ne s'en cache pas : son prototype préfigure un modèle de gestion urbaine adaptable à tous les continents. En décortiquant le projet de Toronto, l'auteur met en garde les décideurs locaux. Ce qui se joue avec Google fascine et dérange parce que c'est Google. Mais à bien y regarder, la même chose se joue à nos portes !

  • La collecte massive et l'utilisation de nos données personnelles ne sont plus le seul pré carré des géants du web. Elles sont désormais à disposition des collectivités locales : gestion des déchets, bâtiment, voirie, transports, énergie, météo, sécurité, éducation, etc.
    Ce big data des territoires prend un rôle central dans la vie publique, mais sa mise en place se heurte à de nombreux obstacles et pose de multiples questions économiques, éthiques, juridiques et de protection de la vie privée. Or, en France, la législation impose un calendrier court et précis : c'est en 2018 que la loi pour une République numérique, qui généralise et rend obligatoire l'open data, entre en vigueur. Mais la très grande majorité des collectivités, et presque toutes les communes, doivent opérer des changements profonds auxquels elles ne sont pas préparées en termes de compétences, d'organisation, de gestion des coûts et de compréhension des usages. D'autant que les données sont souvent « non structurées », telles que des mails, SMS, messages audio, vidéo, etc. Et il ne s'agit pas seulement d'analyser de gros volumes de données hétérogènes, mais il faut le faire le plus rapidement possible afin d'exploiter les résultats dans des délais très courts.
    Cet ouvrage permet à tous les acteurs du big data territorial de gérer cette transition digitale en garantissant la souveraineté publique des données, au service de l'intérêt général, pour les territoires et pour les citoyens. Et pas à n'importe quel prix ni dans n'importe quelles conditions.
    Il répond à des questions essentielles : comment les données doivent-elles être utilisées dans l'aménagement territorial actuel ? Quelles perspectives doivent-elles offrir pour construire les territoires de demain ? Quid de la protection des données personnelles face à ces usages ?
    L'ouvrage démêle le vrai du faux de tous un ensemble de croyances sur le big data, puis explique les bonnes pratiques et la méthodologie pour :
    - Comprendre les enjeux et obligations en matière d'open data et de big data ;
    - Utiliser les données pour une meilleure mise en oeuvre et évaluation des politiques publiques ;
    - Apprendre à faire émerger un écosystème d'innovation ;
    - Gérer la relation des collectivités aux grands opérateurs du numérique ;
    - Savoir négocier la mise à disposition de données à des fins marchandes ;
    - Fournir les clés des nouveaux rapports des collectivités à leurs délégataires de services publics ;
    - Mettre en place une organisation plus transversale des services, pour plus de mutualisation des données ;
    - Savoir quelles sont les compétences particulières ainsi que les nouveaux métiers, et que faire lorsque l'on à pas les moyens de recruter.
    Fyp - Gérer les coûts de la récolte des données, de leur traitement et du stockage.
    À la fois conceptuel et pratique cet ouvrage intéressera :
    - les citoyens inquiets et méfiants des dérives possibles lorsque les élus locaux utilisent le big data ;
    - les élus locaux et leurs services, soucieux d'optimiser les politiques publiques, d'accroître la transparence de leur action, tout en respectant les droits et libertés de tous ;
    - tous les acteurs de la vie des territoires : les associations, les entreprises confrontées à l'open data, les acteurs du transport et de l'énergie, ceux de la ville et des intercommunalités.
    - tous les cadres territoriaux et les délégataires de services publics qui doivent gérer, sécuriser et intégrer le big data dans la gestion des services publics.

  • Des manuels avec plein de pages et trop de choses à retenir, vous en avez déjà. Le but de Juris'Data est donc de vous fournir exactement l'inverse !

    Il contient 25 fiches de révisions thématiques sur les grandes notions et les enjeux du droit des données : données personnelles, données sensibles, loyauté et consentement, droit à l'oubli, open data, règlement européen, données électorales, transparence des algorithmes...

    Avec une approche originale et synthétique, Juris'Data va vous permettre d'économiser des dizaines d'euros en livres et surtout des centaines d'heures de travail frustrant et improductif : les chapitres sont conçus de façon précise et structurée afin de faciliter la compréhension et la mémorisation de chacune des thématiques abordées.

    De plus, chaque fiche est assortie d'un "conseil de coach" et suivie d'un quizz afin de valider l'acquisition des connaissances et de faciliter leur restitution. L'objectif fixé était de vous faire gagner du temps et de l'efficacité... et vous constaterez qu'il est atteint

empty