Photographie

  • Au cours des années 1990 et 2000, Raymond Depardon sillonne la France paysanne avec sa chambre photographique 6 x 9. De cette exploration du monde rural, il réalise des photographies en noir et blanc qui racontent la terre, les hommes, le travail manuel, l'isolement et la fragilité des petites exploitations agricoles mais aussi la beauté des paysages français.  

  • Autodidacte en photographie, Madeleine de Sinéty s'installe à Poilley, en Ille-et- Vilaine entre 1974 et 1980 et commence à documenter la vie de ce petit village rural de 400 âmes. Elle y reviendra régulièrement et constituera une archive photographique unique, fruit d'un travail d'observation intense et d'une relation intime avec le sujet. Ses photographies nous montrent les couleurs d'une France rurale disparue, un village qui fut une communauté soudée avec ses rituels et ses moments forts.

  • Depardon ; voyages

    Raymond Depardon

    • Hazan
    • 21 Octobre 2020

    Raymond Depardon réussit ce prodige d'être un photographe aussi à son aise sur quelques hectares - les photographies de la ferme de ses parents dans la vallée de la Saône sont désormais célèbres - que dans les grandes traversées de continents, qui sont au coeur de ce livre. C'est que son travail, quel qu'en soit le sujet, se fonde sur une réflexion, sur un effort de compréhension qui nous rend soudain proches, presque familiers, les paysages et les hommes qui les peuplent. Prostituées de Saïgon, hommes voilés du désert saharien, passants de New York, du Caire ou de La Paz, petites filles de Somalie ou d'Afghanistan, tous ces êtres humains sont saisis comme de l'intérieur, sans effets esthétisants, sans anecdote, sans complaisance.

  • "Je photographie comme le musicien chantonne. Regarder est une respiration et, quand le hasard est avec moi et qu'une bonne photo m'est donnée, le bonheur n'est pas loin". Ce photographe, c'est Marc Riboud, qui nous a emmenés avec lui pendant toute la seconde moitié du XXe siècle, là où l'entraînaient sa curiosité et sa recherche de surprises et de beauté. On le suit d'abord sur la route qui le mène d'Istanbul à Calcutta, puis en Chine, alors terra incognita, en Afrique et en Algérie au moment des indépendances, mais aussi au Vietnam pendant la guerre, au Cambodge..., captant ici et là des images qui se fixent dans notre mémoire comme cette Jeune Fille à la fleur (1967), symbole de l'aspiration à la paix. Publiée à l'occasion de la grande exposition rétrospective montrée au musée national des arts asiatiques - Guimet, cette monographie retrace en quelque deux cents photographies le travail de Marc Riboud. Nourri de textes de spécialistes, mais aussi de contributions plus intimes, l'ouvrage invite à emboîter le pas au photographe pour le suivre au long de son périple sensible autour du monde.

  • Ce livre est conçu comme la rétrospective de l'oeuvre en couleur de Bernard Plossu sur tirages Fresson : des années 70 à nos jours, depuis les paysages du grand ouest américain à la gare de la Ciotat ou les jardins de Giverny. Quatre-vingt images, dont certaines inédites, sont reproduites dans leur épaisseur et leur matité, chaque tirage Fresson étant unique. La longévité de la collaboration de Plossu avec la famille Fresson sur trois générations est partie prenante de l'oeuvre elle-même.

  • jouer !

    Olivier Le Brun

    Peut-il vivre sans jouer, l'homme ? Il semble que le jeu soit indissociable de la vie, il appelle le rire, le plaisir, le défi, l'invention, l'imaginaire, l'évasion, le secret, la complicité. Il se donne le droit d'ériger ses propres règles, il définit un monde à côté, il crée un pacte entre les protagonistes, il attache tous ceux qui en partagent les lois, il fédère des cercles d'admirateurs.
    Quand commence-t-on à jouer ? A quel moment de la conscience ? Jusqu'au bout de la vie mais il y a des conditions : que les étincelles du plaisir et du rire n'aient pas abandonné la partie. Olivier Le Brun parcourt le monde depuis toujours, son appareil photo à portée de main. Fasciné par l'excitation, le rire, la complicité, la concentration et la gamme infinie des règles inventées que le jeu convoque, il saisit enfants et adultes en pleine action.
    Olivier Le Brun se positionne en tant que spectateur enthousiaste et nécessaire, s'associant au public encourageant ou silencieux. Derrière son objectif, il capte l'essence du jeu, la complicité des regards, les éclats de rire, la spontanéité des échanges. De Montreuil à Antanarivo, en passant par Dakar, Port-au-Prince, Bruxelles ou Bamako, dans toutes les régions du monde, c'est un hommage au jeu et aux joueurs de toutes nationalités, âges ou conditions, que rend Olivier Le Brun dans cet ouvrage exceptionnel, fruit d'un travail inlassable d'observation et d'exploration du monde depuis presque vingt-cinq ans.
    Le jeu n'a pas d'âge, pas de frontière, pas de nationalité, il est libre, joyeux et inventif. Le jeu est notre bien commun.

  • en l'état

    Franck Gérard

    • Loco
    • 20 Août 2020

    En l'état est un travail évolutif, un work in progress, commencé le 13 juillet 1999. Depuis cette date, la pratique photographique de l'artiste Franck Gérard a radicalement changé : l'image est devenue un acte vital, incessant, et les milliers de photographies accumulées sont venues constituer un état du voir le monde, posant également un état du monde. La notion de l'abondance, du trop plein d'images affirme une présence au monde fondée dans la perception.
    A travers une observation aussi méthodique qu'hasardeuse du réel, liée à la déambulation de l'artiste dans l'espace public, Franck Gérard capte des situations, sans apriori ni préalable : offrant juste "ce qu'il voit".

  • Catalogue officiel de l'exposition Cindy Sherman à la Fondation Vuitton du 2 avril au 31 août 2020. Du milieu des années 1970 à nos jours, Cindy Sherman a produit une oeuvre photographique quasi intégralement consacrée au portrait, sans jamais recourir à d'autres modèles qu'elle-même. Paradoxalement, c'est en disparaissant derrière ses masques et ses costumes que Cindy Sherman est devenue une icône, bousculant l'idée même d'identité et les frontières entre réalité et fiction. Publié à l'occasion de la rétrospective de Cindy Sherman à la Fondation Louis Vuitton, et préfacé par Suzanne Pagé, cet ouvrage réunit des essais de Marie Darrieussecq, de Gérard Wajcman, de Ludovic Delalande ainsi que des commissaires de l'exposition, Marie-Laure Bernadac et Olivier Michelon. Ici reproduites, les quelque cent soixante-dix oeuvres présentées dans l'exposition sont accompagnées de commentaires qui les replacent dans le développement d'une oeuvre considérée, à juste titre, comme capitale dans l'histoire de l'art de ces cinquante dernières années.

empty