Au coeur des réseaux

Les technologies numériques sont plus que jamais omniprésentes. Pendant le confinement, l'humanité s'est connectée comme jamais et les réseaux ont été pour beaucoup le dernier contact avec "l'extérieur".

Mais où en est-on de ce nouveau monde qui se profile et se précise depuis des décennies déjà?

 

 

  • Tous tracés, et alors ? Bienvenue dans le capitalisme de surveillance ! Les géants du web, Google, Facebook, Microsoft et consorts, ne cherchent plus seulement à capter toutes nos données, mais à orienter, modifier et conditionner tous nos comportements : notre vie sociale, nos émotions, nos pensées les plus intimes... jusqu'à notre bulletin de vote. En un mot, décider à notre place - à des fins strictement lucratives.
    Des premiers pas de Google au scandale de Cambridge Analytica, Shoshana Zuboff analyse cette mutation monstrueuse du capitalisme, où la souveraineté du peuple est renversée au profit non pas d'un État autoritaire, comme on pourrait le craindre, mais d'une nouvelle industrie opaque, avide et toute-puissante, menaçant dans une indifférence radicale notre libre arbitre et la démocratie.
    Il est urgent de développer des outils pour appréhender cette situation « sans précédent » et provoquer une prise de conscience internationale. Unanimement salué par la presse, L'Âge du capitalisme de surveillance est un appel à la résistance.

  • Nous vivons une révolution inouïe, inimaginable il y a encore cinquante ans, celle de la machine qui apprend, et qui apprend par elle-même.

    Au lieu d'exécuter les ordres d'un programme, la machine peut désormais acquérir par elle-même, par l'expérience, les capacités nécessaires pour accomplir les tâches qui lui sont assignées, y compris celles que l'on croyait réservées à l'humain. Les applications sont immenses : reconnaissance des formes, des voix, des images et des visages, voiture autonome, traduction de centaines de langues, détection des tumeurs dans les images médicales...

    Yann Le Cun est à l'origine de cette révolution. Il est en effet l'un des inventeurs de l'apprentissage profond, le deep learning, qui caractérise un réseau de neurones artificiels dont l'architecture et le fonctionnement s'inspirent du cerveau.

    C'est à la naissance de cette nouvelle forme d'intelligence, à l'émergence d'un système quasiment auto-organisateur, que nous convie Yann Le Cun.

    Un livre qui évoque la démarche intellectuelle d'un inventeur au carrefour de l'informatique et des neurosciences.
    Un livre qui éclaire l'avenir de l'intelligence artificielle, ses enjeux, ses promesses et ses risques.

    Un livre passionnant, clair et accessible, qui nous fait pénétrer au coeur de la machine et nous fait découvrir un nouveau monde fascinant, qui est déjà le nôtre.

  • « Se réunir est un début ; rester ensemble est un progrès ; travailler ensemble est la réussite. » Henry Ford ;
    Personne n'arriva seul à inventer le monde de demain, à transformer nos organisations, à les rendre plus efficaces et plus innovantes. Pour relever ce défi, il va falloir se parler, construire ensemble, bref, se réunir.
    Mais le contexte change. Si nous n'étions jusqu'en 2020 que 8% à pratiquer le télétravail en France, la tendance vient de s'accélérer.
    D'autant que la situation écologique rebat les cartes. Qui ne s'est jamais trouvé mal à l'aise de traverser la moitié du pays en avion pour aller coller des post-it à l'occasion d'une énième réunion projet ?
    Transformer l'enfer en paradis !
    /> Soyons clairs, si l'enfer existe, il doit certainement ressembler à une réunion en visio avec un modem 36k. Parce qu'entre Kevin qui parle le micro fermé, Didier qui n'a pas compris ou était la caméra de sa webcam et Florence qui a la voix de C3-PO au réveil, ça peut vite virer au cauchemar. On ne va pas se mentir, à distance on ne peut pas retrouver le même niveau d'interaction qu'en présentiel.
    Mais il y a aussi de nombreux avantages, et notamment, pouvoir disposer d'un résultat directement exploitable au format électronique en fin de réunion, sans avoir à rédiger de compte rendu par la suite. Et puis nous sommes au royaume du digital, un royaume où nous n'avons jamais eu autant de possibilités de communiquer, d'échanger, de partager des contenus... Le plus grand défi ? Mettre tout ça en ordre. Alors qu'est-ce qu'on attend ?
    Guide de survie aux réunions à distance va vous permettre de :
    - Préparer efficacement vos réunions à distance, boite à outils à l'appui.
    - Maîtriser toutes les règles d'hygiène de la réunion à distance : durée et rythme, taille du groupe, rôles à définir...
    - Disposer des meilleures recettes de la réunion à distance, avec des fiches très pratiques pour briser la glace, et co-construire dans une ambiance fun et productive.

  • Ce livre a pour vocation de présenter les bonnes pratiques d'utilisation de Teams, notamment pour une utilisation dans le cadre du travail à distance. Il ne s'agit donc pas d'un livre dédié à son déploiement ni d'un manuel d'utilisation présentant l'ensemble des fonctionnalités de l'outil.

    Il s'adresse à tous les types d'utilisateurs de Teams, qu'ils soient managers ou non, animateurs d'équipe ou membres, qui souhaitent maîtriser la richesse et la puissance de Teams pour en tirer avantage dans leur usage au quotidien.

    Cet ouvrage est structuré en huit chapitres. Le premier est avant tout destiné à découvrir Teams, son interface et ses principales fonctionnalités.

    Les sept autres chapitres sont plus particulièrement consacrés aux bonnes pratiques à mettre en oeuvre au quotidien pour créer une équipe, l'animer, favoriser la communication entre les membres, partager l'information et les fichiers de travail, coordonner le travail d'équipe, paramétrer l'outil pour gagner en efficacité et pour terminer, clôturer l'équipe.

    Tous ces conseils et bonne pratiques vous seront utiles dans le cadre du télétravail pour exploiter au mieux ce formidable outil intégré dans la plate-forme collaborative Microsoft 365. Ce livre peut également être utilisé comme une ressource mise à disposition des utilisateurs pour leur en faciliter l'usage et surtout l'adoption.

  • Quel est le point commun entre un livreur à vélo, une agente d'entretien, un start-upper, une aide soignante et une « curatrice de contenus » ? Tous subissent les nouvelles modalités de travail imposées par la digitalisation, la robotisation et les méthodes contemporaines de management. Partout, le « néotravail » étend son emprise : du bureau au domicile, notre open space s'est élargi, et nous ne pouvons plus échapper aux injonctions à « aller plus vite », à nous « adapter » et à « nous engager à fond dans nos projets ». Mais ce néotravail est en train de nous déposséder, non seulement de la valeur de notre travail mais aussi de nos capacités à créer, à nous lier les uns aux autres, à parler, à prendre soin de notre environnement, jusqu'à celles d'exercer notre propre jugement. Il fait de nous des « dépossédés de l'open space ».
    Peut-être est-il temps de reprendre possession de notre travail pour construire des rapports harmonieux avec les autres, avec nous-mêmes et avec la nature ? En retrouvant ses vertus médiatrices, socialisantes, subjectivantes et émancipatrices, cet « écotravail » contribuerait à faire advenir une société plus juste et plus viable : une « société écologique ».

  • Les dangers des écrans : un scientifique nous alerte !

    Troubles du comportement, déficits intellectuels, problèmes de santé... : l'usage généralisé du numérique par les jeunes est lourde de conséquences. Première synthèse des études scientifiques sur le sujet, ce livre est celui d'un homme en colère. « Ce que nous faisons subir à nos enfants est inexcusable. Jamais sans doute, dans l'histoire de l'humanité, une telle expérience de décérébration n'avait été conduite à aussi grande échelle », estime Michel Desmurget. La conclusion est sans appel : attention écrans, poisons lents !

    Ajouter au panier
    En stock
  • Cet ouvrage est consacré à la sécurité des équipements informatiques : les risques de hacking, virus, spams et autres malwares, et les solutions pour y remédier.
    Cette nouvelle édition mise à jour et enrichie aborde notamment les failles matérielles, la sécurité des e-mails, les attaques via les moteurs de recherche et les mots de passe, la problématique des plateformes mobiles et des objets connectés.
    Un répertoire commenté d'adresses web incontournables en matière de sécurité complète l'ouvrage.

  • Au début des années 2020, le consensus de la Silicon Valley se délite. Inégalités folles, stagnation de la productivité, instabilité endémique... la nouvelle économie n'est pas advenue. Les algorithmes sont omniprésents, mais ce n'est pas pour autant que le capitalisme s'est civilisé. Au contraire.
    La thèse de ce livre est qu'avec la digitalisation du monde se produit une grande régression. Retour des monopoles, dépendance des sujets aux plateformes, brouillage de la distinction entre l'économique et le politique : les mutations à l'oeuvre transforment la qualité des processus sociaux et donnent une actualité nouvelle au féodalisme. L'ouvrage commence par proposer une généalogie du consensus de la Silicon Valley et met en évidence les cinq paradoxes qui le minent.
    La thèse centrale est ensuite déroulée, rythmée par des développements sur les GAFA, les chaînes globales de valeur ou encore le système de crédit social chinois. Les grandes ?rmes se disputent le cyberspace pour prendre le contrôle sur des sources de données. Les sujets sont attachés à la glèbe numérique. Dans l'ordre économique qui émerge, les capitaux délaissent la production pour se concentrer sur la prédation.

  • Nous pouvons tous être la proie des réseaux sociaux. Une majorité de Français a fait l'objet de cette haine en ligne. Dans nos sphères personnelles, professionnelles, familiales, un simple tweet peut faire de nous les accusés d'un tribunal populaire qui se substitue désormais à la justice. Dénonciations, humiliations, appels au licenciement, à la vengeance... la condamnation est irrévocable.
    Pour la première fois, cette enquête hors norme révèle les méthodes terrifiantes et inimaginables des justiciers en ligne. De Mennel Ibtissem à Philippe Caubère, en passant par Julie Graziani ou Mehdi Meklat, des victimes osent briser l'omerta et raconter les terribles conséquences de ces lynchages.
    « Comment avons-nous pu passer, en si peu de temps, de l'amour de la liberté à celui de la servitude ? » s'interroge Michel Houellebecq dans cet ouvrage.
    David Doucet a sollicité une centaine de témoins, experts et intellectuels pour mener à bien ce livre. On y croise Virginie Despentes ou bien encore Bret Easton Ellis. Eux seuls peuvent nous donner les clés pour nous prémunir de cette machine à broyer qu'est devenu Internet. À nous de les écouter.

  • Employés par des sous-traitants aux quatre coins du monde, les modératrices et modérateurs de contenu sont les travailleurs de l'ombre chargés de purger les sites Internet, les réseaux sociaux et les applications mobiles des photos, vidéos ou commentaires abjects qui les inondent : propos haineux, cyber-harcèlement, injures racistes ou sexistes, automutilations et tortures, viols et décapitations, pédophilie...
    À travers des dizaines d'entretiens menés avec ces collecteurs de déchets numériques dans les zones rurales de l'Iowa, dans la Silicon Valley, au Canada et aux Philippines, cette enquête met au jour l'économie souterraine d'une industrie dont les coulisses tranchent avec le progressisme revendiqué. À rebours de l'optimisme libertaire des pionniers du Web, le filtrage des torrents de violence, de pornographie et de fiel déversés sur nos écrans s'impose aujourd'hui comme une tâche à la fois indispensable et sisyphéenne. Ses enjeux en termes de réglementation de la liberté d'expression et de délimitation des frontières du dicible et du montrable à l'échelle planétaire restent néanmoins largement ignorés.
    Alors que les controverses autour des fake news, des discours de haine et du harcèlement en ligne obligent peu à peu les plateformes à rompre l'illusion d'une modération « automatique », Sarah Roberts révèle les conditions de travail des substituts de l'« intelligence artificielle » et les risques psychologiques auxquels sont exposés celles et ceux dont le quotidien connecté consiste à visionner à la chaîne des contenus insoutenables pour que nous n'y soyons pas confrontés.

  • Sur quoi repose la société de l'Internet? À quels renoncements, à quels sacrifices mène la numérisation de nos vies ? Hervé Krief questionne l'infrastructure numérique, les dispositifs immatériels, le système de pensée dans lesquels elle s'inscrit tout en disséquant le processus d'industrialisation et de rationalisation chère au monde occidental. Ce faisant, il lève le voile sur la méconnaissance de la globalité de l'Internet dans sa réalité physique et économique, notamment le coût écologique lié à notre connexion permanente.
    Ce pamphlet, cette critique radicale et militante d'Internet et de la société technicienne se mêle à un récit de vie élaboré à partir d'une observation attentive des transformations de nos vies quotidiennes au travail, dans l'espace social et dans le domaine privé.
    />

    Ajouter au panier
    En stock
  • Protestations, manifestations, émeutes, grèves ; crispation, défiance, dénonciations : depuis quelques années, la colère monte, les peuples ne cessent de rejeter l'autorité et paraissent de moins en moins gouvernables. Jamais le climat n'a été si tendu, laissant nombre de commentateurs dans la sidération. Comment en sommes-nous arrivés là ? Quels éléments et circonstances ont fait naitre et entendre une telle rage, démultipliée sur les réseaux sociaux ?
    Les raisons de la révolte sont connues et liées aux dérives du libéralisme élu comme seul modèle politique (aggravations des inégalités, dégradations des conditions de travail, recul des services publics, mises à jour de scandales politiques...). Mais la violence avec laquelle elle se manifeste à présent est inédite car exprimée par un sujet nouveau : l'individu tyran. Né avec les progrès technologiques récents, l'apparition d'internet, du smartphone et les bouleversements induits par la révolution numérique (applications donnant le sentiment que le monde est à nos pieds, réseaux sociaux où ma parole vaut celle de tous, mon image magnifiée...), c'est un être ultra connecté, replié sur sa subjectivité, conforté dans l'idée qu'il est le centre du monde, qu'il peut tout savoir, tout faire, et voyant dans l'outillage technologique moderne l'arme qui lui permettra de peser sur le cours des choses. C'est le I de Iphone, le You de Youtube. Jamais combinaison n'aura été plus explosive : les crises économiques renforcent l'impression d'être dépossédé, la technologie celle d'être tout-puissant. L'écart entre les deux ne cesse de se creuser et devient de plus en plus intolérable. Les conséquences sont délétères : délitement du lien social, de la confiance, du politique ; montée du communautarisme, du complotisme, de la violence... Plane la menace d'un "totalitarisme de la multitude".
    Dans cet essai brillant, mené tambour battant, Eric Sadin livre une analyse neuve et tragiquement juste de l'effondrement de notre monde commun à travers une mise en perspective historique, politique, sociale, économique et technique unique. Mais il le fait pour mieux repenser les termes d'un contrat social capable de nous tenir, à nouveau, ensemble.

empty